Eléments budgétaires 2018

Budget 2018 : des priorités claires, une dépense publique maîtrisée et une responsabilité collective au service de l’intérêt général

Lundi 18 décembre 2017 en séance du conseil municipal a eu lieu le vote du budget primitif 2018, année qui marque l’entrée dans la 2e moitié du plan de mandat autour de priorités claires et de choix assumés.

Le budget 2018 s’appuie sur une gestion responsable et maîtrisée de l’argent public pour contribuer à tenir les efforts demandés par l’Etat aux collectivités, conserver la confiance des établissements de crédits et mener à bien les engagements du plan de mandat. Il engage le pacte entre les Valentinois et la municipalité visant à économiser 2 millions d’euros par an, sans augmentation de la fiscalité.
Il traduit ainsi la responsabilité collective et la poursuite de l’intérêt général, au service d’un projet à la fois ambitieux et raisonnable au service de Valence.

Un contexte financier contraignant et incertain

D’abord, la situation est instable sur le plan national : le « pacte de confiance Etat-collectivités territoriales » instauré par la loi de finances 2018 prévoit que les collectivités participent à l’effort de redressement des finances publiques en maitrisant leurs dépenses de fonctionnement mais les modalités de cet effort ne sont pas clairement définies (suite à la conférence des territoires de la semaine dernière, il semblerait que ces dépenses ne doivent pas dépasser 1,1% par an et que le critère selon lequel les collectivités auraient 12 ans maximum pour se désendetter serait supprimé).
De même, les modalités de la réforme de la taxe d’habitation avec sa suppression progressive jusqu’en 2020 n’ont pas non plus été définies, ni sa compensation pour les collectivités. Sachant que cette taxe représente une part importante des recettes de la Ville, tout changement en la matière risque d’affecter le budget communal.
« Voter le budget local sans avoir d’éléments d’appréciation suffisants sur le plan national est un exercice très délicat. En clair, cela s’apparente à du pilotage à vue ! » commente Nicolas Daragon, Maire de Valence.

Ensuite, ces éléments sont venus s’ajouter à la situation financière locale préoccupante à l’arrivée de la municipalité en 2014 avec une dette par habitant multipliée par 2, une forte augmentation des charges de personnel, une population en baisse et des impôts locaux en hausse.
De plus, ces dernières années et malgré une maîtrise des dépenses, la baisse des recettes de la Ville a été plus importante que la baisse de ses dépenses.

Par ailleurs, Valence doit assumer des charges de centralité propres aux villes de sa taille : équipements et services publics à rayonnement extra-communal, revenus moyens et valeurs locatives plus faibles, perte de population au profit des périphéries …

Enfin, il est particulièrement difficile, pour Valence comme pour les autres collectivités, de maintenir un niveau de service public équivalent dans ce contexte et sans augmenter les taux d’imposition.

En 2018, maîtriser la dépense publique et poursuivre les efforts de gestion

Regroupement de commandes, stabilisation des frais de personnels, mutualisation de services avec Valence Romans Agglo, sortie de l’emprunt toxique, appel au mécénat et partenariats : depuis son arrivée aux responsabilités, la municipalité s’est investie dans les projets prioritaires pour Valence dans le souci d’une maîtrise des coûts.
Son plan de rationalisation de la dépense publique a permis d’améliorer la situation de 4,8 millions en 2015 et 3,4 en 2016 par rapport aux prévisions de début de mandat, tout en stabilisant l’encours de dette par habitant (en dessous de la moyenne de la strate). En 2017, la capacité d’autofinancement de la Ville, certes encore fragile, devrait ainsi être positive (pour rappel, elle était en déficit d’1,1 M€ en 2016).

Toutefois, il reste nécessaire de poursuivre les efforts engagés afin d’honorer les engagements pris auprès des Valentinois au travers du plan de mandat.
Pour ce faire, la municipalité leur propose un pacte : économiser 2M€ par an d’ici 2020, toujours sans augmenter la fiscalité locale « afin de ne pas appauvrir les ménages déjà bien assez touchés par la crise » déclare Nicolas Daragon, Maire de Valence.

Le budget 2018 s’appuie sur les 5 axes prioritaires suivants :
1. maîtrise de l’investissement
2. optimisation du patrimoine communal
3. rééquilibrage du paiement du service public entre administrés et usagers
4. effort de priorisation du service public
5. poursuite des partenariats : région, département, privé-public.

La section de fonctionnement s’équilibre à hauteur de 73,9 M€ et la section d’investissement à 50,4 M€ dont 37M€ de dépenses d’équipement.

Les priorités : éducation, sécurité, cadre de vie, patrimoine et sport

Sur la jeunesse et l’éducation, plus de 2,5 M€ sont investis chaque année dans la rénovation des écoles, c’est le plus gros budget d’investissement sur la durée du mandat.
Après avoir créé 63 places de crèche et une MPT qui accueille les enfants le mercredi après-midi, la Ville procédera à des travaux de rénovation importants dans les écoles élémentaires et préélémentaires en 2018.

En matière de sécurité, troisième priorité du mandat, l’acquisition d’un bâtiment à proximité du pôle bus (coût de l’opération globale : 2,7M€) permettra à la police municipale qui s’y installera au printemps 2019 d’être plus visible et de sécuriser l’espace public. Le déploiement de la vidéo verbalisation, avec un objectif de 150 caméras, est également l’un des objectifs pour 2018.

Concernant le cadre de vie, la Ville continue d’engager des programmes d’investissement pour rénover sa voirie (quartier de la gare, avenue Pierre Sémard, rue Pont du Gât…), aménager ses quartiers (Jacques Brel, coeur de quartier du Petit Charran) et parcs et aire de jeux pour enfants (Epervière, Jean Perdrix, Fontlozier, place Manouchian…) et rendre ses bâtiments publics accessibles (750 000€ investis en moyenne chaque année, 1 M€ prévu en 2018).

Forte d’une volonté affirmée de l’équipe municipale d’entretenir et de valoriser son patrimoine historique, la Ville va étudier une trentaine de bâtiments et sites à valeur patrimoniale d’ici la fin de l’année afin d’évaluer les travaux nécessaires à leur conservation. En font notamment partie la Maison des Têtes, dont les travaux ont déjà commencé, ainsi que l’Hôtel de Ville avec la salle des mariages et la salle du conseil municipal.

Enfin, dans une perspective de modernisation et de renforcement des pôles sportifs de la commune, un nouveau gymnase intégré au patrimoine régional sera dédié aux pratiques sportives scolaires et associatives dans l’enceinte du stade Louis Puech.