Plus de 200 métiers !Juin 2016

Quelque 900 agents et 240 métiers... les services municipaux exercent une pluralité de missions. Certaines sont centrées sur l'aménagement et l'équipement de la ville. D'autres ont pour objectif d'offrir aux habitants des prestations de qualité. Présentation d'une partie de ces missions, parfois méconnues...

Quatre placiers veillent au bon déroulement des 14 marchés hebdomadaires.

5 h 50 - L’équipe des placiers prend son service alors que le jour se lève : vérification des emplacements des commerçants qui ont un abonnement.

7 h 30 - Accueil des commerçants non abonnés.
8 h - Accompagnement des commerçants : nomination des places et traçage à la craie des emplacements.
9 h 30 - Edition de documents administratifs.
10 h - Perception des droits de place et vérification de la position de chaque étal, des accès piétons, etc., dans le respect de la réglementation.
13 h - Fin de service.

Au sein de la direction Santé familles environnement, une psychologue clinicienne prête une oreille attentive aux jeunes valentinois âgés de 16 à 25 ans.

Son rôle : prendre en compte la souffrance psychologique afin de prévenir les conduites à risque. Les jeunes sont reçus en entretien individuel, confidentiel et gratuit, au Point relais oxygène. Conflits familiaux, échec scolaire, vie amoureuse, troubles du sommeil ou de l'alimentation... tous les sujets sont abordés.
La psychologue ne propose pas une psychothérapie mais « un suivi psychologique bref » (1 à 5 séances). Elle accueille également les parents inquiets, seuls ou avec leur enfant. Elle apporte enfin son soutien aux professionnels en contact avec des jeunes (enseignant, assistante sociale...) et coordonne le réseau d'adultes relais, composé de professionnels et de bénévoles oeuvrant auprès des jeunes.

Deux inspecteurs de salubrité ont pour mission de contrôler les règles d’hygiène et de santé publique, dans le cadre à la fois des pouvoirs de police du maire et du préfet.

Prévenir, surveiller, alerter, agir, informer et accompagner sont les mots d’ordre de ces agents assermentés.
Leur champ d’intervention est vaste. Citons la surveillance et le contrôle de la salubrité de l’habitat, du bruit (de voisinage, professionnel ou établissements diffusant de la musique), de la qualité de l’eau potable et de l’air ; la prévention des vecteurs de maladie (moustique tigre, pigeon...), l’ambroisie ; les contrôles d’hygiène alimentaire dans les restaurants...
Les inspecteurs instruisent les différentes plaintes et demandes des habitants qui nécessitent bien souvent des enquêtes sur le terrain. Deux contrôleurs de salubrité assermentés les accompagnent dans leur mission.

La Maison de la vie associative et la Maison des sociétés sont des bâtiments mis à la disposition des associations par la Ville.

La première, située dans les locaux de l’ancien collège Bachelard, est ouverte 6 jours sur 7. Elle accueille non seulement les sièges de 80 associations mais aussi les assemblées générales et évènements des associations valentinoises non domiciliées sur le site.
La seconde abrite 60 associations en centre-ville et met également à la disposition du tissu associatif des salles de réunions.

L’eau que vous buvez est distribuée par la régie municipale Eau de Valence qui assure la gestion complète du service : production, traitement, transport et stockage.

Son équipe est composée de 18 agents :

  • Des conseillers clientèle en agence (facturation, suivi des contrats et des réclamations...)
  • Des techniciens expérimentés sur le terrain qui sont chargés du relevé des compteurs, de la surveillance informatique, de l’entretien, la maintenance et les travaux sur le réseau.

Plus d'informations sur Eau de Valence.

Les repas servis dans les cantines scolaires de Valence, Bourg-lès-Valence et Portes-lès-Valence sont préparés par l'équipe de la cuisine centrale de l’Agglo.

3 cuisiniers confectionnent en moyenne 4 200 repas chaque jour !
Du magasinier qui réceptionne les produits au chauffeur livreur qui dessert les écoles, ce sont pas moins de 20 agents qui assurent ce service quotidien.
La cuisine centrale élabore des menus variés et équilibrés, dans le respect des recommandations du Plan national nutrition santé (PNNS). Ils sont soumis à une « commission menu » composée d'élus, de représentants de parents d'élèves, des responsables des restaurants scolaires et du service commun de restauration collective. 35 % des produits consommés sont bio. La cuisine centrale privilégie les circuits courts : le fromage et les yaourts sont fabriqués à Léoncel, les concombres et les courgettes poussent à Montoison, le pain est valentinois...

Des architectes conçoivent des projets de bâtiments publics et d’aménagement, au sein d’un Bureau d’études, service commun Ville de Valence/Valence Romans Agglo.

De l’esquisse à la réception des travaux, ils travaillent en équipe aux côtés de techniciens du bâtiment. Ils conçoivent les plans, élaborent les dossiers de consultation des entre- prises et pilotent le chantier au quotidien. Exemples de projets réalisés ou en cours : l’aménagement de la place Danton, la rénovation des vestiaires du stade Pompidou, l’agrandissement de restaurants scolaires...

Créés à la rentrée 2015, les 17 accueils de loisirs périscolaires (ALP) ont tous un directeur titulaire du BAFd ou équivalent.

Ils ont pour rôle d’organiser le « temps périscolaire » : l’accueil des enfants dans les écoles avant le début de la journée de classe, à la pause méridienne et l’après-midi de 15 h 45 à 18 h 30 (19 h dans trois écoles). Ils travaillent avec des animateurs municipaux, majoritairement titulaires du BAFA, et des intervenants extérieurs issus du milieu associatif. L’objectif de la Ville étant d’offrir aux élèves qui fréquentent les TAP (temps d’activités périscolaires) des animations diverses et de qualité, les directeurs des ALP construisent un projet pédagogique (parfois en lien avec les enseignants), programment les ateliers, encadrent le personnel municipal de « leur(s) » école(s), sont les interlocuteurs privilégiés des parents...

A noter : une nouvelle organisation des TAP, prenant mieux en compte le rythme de l’enfant, est à l’étude pour une mise en place dès la rentrée prochaine.

Les images captées par les 100 caméras de vidéo-protection installées dans toute la ville (150 fin 2016, 160 avant la fin du mandat) convergent vers un Centre de protection urbaine géré par la police municipale.

24h/24, 7j/7, une vingtaine d’opérateurs surveillent les écrans, à l’affût des comportements délictuels. En 2015 :

  • 6300 faits ont donné lieu à une intervention de la police municipale ou nationale.
  • 527 interpellations ont eu pour origine une image captée par les caméras.
  • 391 séquences enregistrées ont été mises à la disposition d’un officier de police judiciaire.

Par ailleurs, la police municipale regroupe à ce jour 60 agents au sein de deux pôles (80 à la fin du mandat) :

  • ceux du pôle de proximité sont les plus connus des Valentinois : ils patrouillent dans les rues, avec 8 ASVP (agents de surveillance de la voie publique)
  • le pôle de sécurisation est constitué notamment de l’unité moto, créée en 2015, et de deux unités d’intervention : de jour comme de nuit, des policiers municipaux inter- viennent pour sécuriser des secteurs concentrant des tensions ou pour interpeller des auteurs de délits

95% des fleurs et plantes qui embellissent les parcs, massifs, suspensions de la ville sont produits dans les serres valentinoises par trois jardiniers municipaux.

37 000 annuelles (floraison estivale), 40 000 bisannuelles (floraison hivernale), 10 000 vivaces... voient le jour dans les 1 900 m2 des serres du parc Jouvet et de l’Epervière. Depuis 10 ans, elles s’épanouissent sans engrais chimiques ni produits phytosanitaires, grâce à la protection biologique intégrée. Cet été, le groupe fleurissement de la Ville a opté pour le rose, pourpre, bleu et blanc dans les massifs de la
« ceinture valentinoise » (pont des Anglais, rocade, basse-ville...).

De l’orange et du rouge complèteront ces couleurs dans les massifs extérieurs alors que le jaune les illuminera en cœur de ville.
Objectif : séduire le jury national des villes et villages fleuris et conserver la « 4e fleur » valentinoise...

Une équipe de quatre agents municipaux s’occupe du cimetière de la ville.

D’une superficie de près de 20 hectares, le site compte plus de 12 000 sépultures, 3 columbariums et un crématorium.
Le service a pour principales missions la gestion des autorisations d’inhumation, d’exhumation, de crémation ainsi que des demandes d’achat et de renouvellement des concessions.
Il reçoit et renseigne les familles endeuillées et les opérateurs funéraires.
Chaque année au moment de la Toussaint, le cimetière connaît une forte affluence de visiteurs : plusieurs milliers en quelques jours.

Un service foncier, rattaché à la direction urbanisme et développement urbain, gère les transactions concernant le patrimoine immobilier de la Ville.

Il est chargé des acquisitions et cessions des biens immobiliers, dans le cadre de la mise en œuvre de la politique d’aménagement sur le territoire communal.
La Ville acquiert régulièrement des biens nécessaires à la réalisation de ses projets : construction d’un nouvel équipement, aménage- ment d’un square, élargissement de la voirie... Elle peut également constituer progressivement des réserves foncières dans un quartier précis en vue d’un projet d’aménagement global.
Dans un souci de maîtrise des dépenses, la Ville met en vente plusieurs biens dont elle n’a plus l’utilité : garage, logements de fonction...

Elles travaillent dans les écoles maternelles, accompagnant les professeurs des écoles, veillant sur les enfants à l’heure de la sieste ou du repas, les prenant en charge une fois la journée de classe achevée.

La Ville emploie 70 Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles), toutes titulaires du CAP Petite enfance.

Vous souhaitez consulter les plans de votre maison ?

Si elle a été construite après 1904, ils sont stockés et classés dans les réserves des Archives communautaires qui regroupent 3 km linéaires de documents : le plus vieux date de 1192, le plus récent de 2016. Le service des Archives collecte « l’histoire en marche ». Il est la mémoire des particuliers, des associations, des entreprises, des collectivités.

On y retrouve son nom dans une liste d’élèves, le récit au jour le jour de Valence sous l’Empire, l’histoire de la naissance de Crouzet racontée par son fondateur... Le personnel, six agents dont trois archivistes, effectue 1500 recherches par an, service gratuit. Vous détenez des documents dont vous ne savez que faire ? Les archivistes vous conseillent.
Si vous décidez de les leur confier, ils seront soumis aux règles de confidentialité que vous aurez définies.
Consultez la page du service archives.

La Ville, par l’intermédiaire de son CCAS (Centre communal d’action sociale), gère un Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), la résidence Marie-France Préault.

60 chambres avec salle de bain individuelle accueillent des aînés âgés de 59 à 100 ans (la moyenne d’âge est de 86 ans). Pour prendre soin d’eux, une équipe d’une cinquantaine de personnes est mobilisée au quotidien : infirmiers, aides-soignants, agents de service hôtelier, cuisiniers, psychologue, animatrices... Tout est mis en œuvre pour préserver le bien-être des résidents au sein de leur nouveau lieu de vie, grâce à la proximité d’une équipe attentive et de leurs proches... La prise en charge de la maladie d’Alzheimer à un stade de développement modéré, reste une priorité pour tous tant au Pasa (pôle d’activités et de soins adaptés) destiné aux activités d’éveil des personnes résidentes qu’au sein de l’Accueil de jour de 10 places ouvert aux personnes extérieures. Le projet de déménagement vers le « Pôle seniors Châteauvert » (ancien site de l’usine Scapa), devrait se concrétiser d’ici 2019.

Les MPT du Polygone, du Plan et de Fontbarlettes sont des équipements municipaux.

Tout comme la future MPT du Centre-ville, dont l’ouverture est programmée à la rentrée prochain. Chaque structure regroupe quatre grands secteurs d’activités : petite enfance (activités le mercredi après-midi et pendant les vacances scolaires), jeunes (10-25 ans), périscolaire (qui gère aussi les Clas, contrats locaux d’accompagnement à la scolarité dont profitent 300 élèves), et famille. Au programme, de la couture, des soirées jeux... mais aussi du slam, de la boxe et une forte implication dans les événements organisés par la Ville comme les (Re)créations, ou en partenariat : carnaval, Festival du jeu, fêtes de quartier...

L’entretien courant des 280 km de chaussée, des trottoirs et du mobilier urbain (potelets, barrières, bancs...) est effectué par les agents de l’«unité exploitation voirie», service commun Ville/Agglo.

Ils interviennent notamment suite aux appels de Valentinois au numéro vert*. Une partie de l’équipe est affectée à la signalisation horizontale et verticale : remise en état des bandes blanches sur la chaussée ou des panneaux, installation de panneaux provisoires (pour les déménagements par exemple)... Lors du déclenchement du plan de viabilité hivernale, les 25 agents de l’ « unité exploitation voirie » sont mobilisés en priorité.
*0 800 260 000, du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h.

Comme son nom l’indique, le Théâtre de la Ville propose une programmation élaborée par la Ville.

Au sein du service culturel, le programmateur visionne différents spectacles, prend contact et négocie avec les artistes, leurs agents, les compagnies... La scène du Théâtre accueille cette saison 27 représentations d’octobre à mai. Le programmateur a à cœur de proposer une sélection originale et de qualité qui plaira au public. C’est aussi lui qui choisit les artistes à l’affiche du Festival de Valence, des Fééries d’hiver et des (Re)créations de printemps

L’unité Arbre de la Ville, constituée de sept agents municipaux, gère un patrimoine de 23 000 arbres (parcs, voirie, cours d’écoles...).

Sa mission, assurée en lien avec des prestataires extérieurs : pérenniser ce patrimoine, le valoriser et le développer. Ainsi, de 100 à 150 arbres sont plantés chaque année pour une petite dizaine d’arrachages toujours dictés par des impératifs sécuritaires. Cette unité, intégrée au service Espaces verts et Nature en ville, est régulièrement sollicitée par des particuliers à la recherche de conseils arboricoles. Dès cet été, elle intègre à son patrimoine le verger et le nouvel arboretum de l’épervière, concentré d’arbres remarquables comme le chêne et le houx à feuilles de châtaignier, le chicot du Canada, le micocoulier magnifique...

La Ville gère 15 gymnases, 9 stades ainsi que les courts et locaux des clubs de tennis de l’Epervière et de Valence-le-Haut, les terrains des clubs de pétanque et de boules.

Elle en assure l’entretien courant : traçage des terrains de foot et de rugby, tonte des pelouses, réfection des sanitaires et de l’éclairage... Et investit chaque année dans des travaux d’envergure : création d’un équipement couvert pour les joueurs de pétanque et les archers aux Auréats, aménage- ment du stade des Baumes à Châteauvert... Gymnases et stades sont mis à la disposition des scolaires et des associations 64 000 heures/an. Une quarantaine d’agents municipaux sont mobilisés 7j/7, de très tôt le matin à très tard le soir, pour assurer le gardiennage et le nettoyage de ces équipements.
Depuis janvier 2016, les piscines Jean Pommier et Plein Ciel ont rejoint la patinoire dans le giron de l’Agglo.

La Ville fait la chasse aux tag, affichettes, autocollants... Deux équipes "anti-tags" se relaient pour les faire disparaitre dès que leur présence est repérée sur l’espace public.

Formés et équipés de matériel adapté, des agents municipaux rendent leur apparence originelle aux murs et mobilier urbain. Ils interviennent également, à la demande de particuliers, sur l’espace privé « visible de la voie publique. » A noter : tags et « affichage sauvage » sont en diminution à Valence, suite à une campagne de sensibilisation et de verbalisation.