14 novembre 2016

Prudence, rationalité, efficacité

La tenue d’un débat d’orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les deux mois précédant le vote du budget, vote qui sera à l’ordre du jour du conseil municipal du 19 décembre. Il permet d’informer l’assemblée sur la situation financière de la collectivité et de présenter les grandes orientations pour l’année à venir. À mi-mandat, le DOB présenté le 14 novembre a mis en avant une gestion rationnelle et prudente. « Chaque euro dépensé doit l’être dans un souci d’efficacité et d’utilité optimale. »

Sur la base de l’audit financier réalisé en 2014, le plan de mandat a été chiffré et temporalisé en 2015. Sa concrétisation se poursuit en 2017.

Pas d'augmentation de la fiscalité locale

Tout comme l’an dernier, les contraintes qui pèsent sur le budget sont fortes.
La baisse de la Dotation globale de fonctionnement (DGF) allouée par l’État, se poursuit (-5,85 M€ en 6 ans). Entre la baisse des recettes et les nouvelles charges transférées par l’Etat sans contreparties financières, le budget de la Ville a été amputé cette année de près de 10 millions d’euros.

Autre contrainte à laquelle doit faire face la collectivité : la revalorisation du point d’indice des fonctionnaires qui a pour conséquence une augmentation de la masse salariale. « Cela nous impose une gestion très rigoureuse des dépenses et une grande prudence dans la réalisation de notre plan pluriannuel d’investissement », relève Flore Da Costa Fernandes, adjointe aux finances. D’autant que la municipalité reste fidèle à sa promesse de ne pas augmenter les impôts, et travaille à la réduction progressive de la dette.

2017 : 2è année du plan de mandat

Parmi les priorités définies dans le Plan pluriannuel d’investissement, sont notamment programmés en 2017 : l’aménagement d’un nouveau bâtiment
pour la police municipale, la poursuite du recrutement de policiers et l’installation de nouvelles caméras de vidéo-surveillance, les travaux avenue de la Libération, l’embellissement de plusieurs places (dont celle du Palais de Justice), les études du PRU2 (plan de renouvellement urbain), la rénovation – notamment thermique – d’écoles, la mise en accessibilité des bâtiments publics dans le cadre de l’Ad’AP (agenda d’accessibilité programmée), l’aménagement du bâtiment Jacques Brel qui accueillera services municipaux et communautaires, la construction d’un boulodrome couvert, la fin de la remise en état du stade des Baumes et la rénovation de ceux de la Chamberlière, la coulée verte Épervière/centre-ville... 10 M€ seront consacrés à l’entretien courant des équipements sportifs, culturels, scolaires.

Triple exigence

Trois exigences guident l’action de la municipalité :

  • rationalisation et optimisation,
  • dynamisation de la ville à travers des actions qui lui permettent de s’animer (avec un impact positif sur l’économie, l’emploi, la sécurité, le bien vivre à Valence),
  • poursuite des projets d’investissement du mandat en lien avec ceux du projet de territoire de l’Agglo.

Des services mutualisés

Afin de réduire les dépenses de fonctionnement, plusieurs « services supports » de la Ville ont été mutualisés avec la communauté d’agglomération Valence Romans Sud Rhône- Alpes courant 2016 : la direction générale, la direction des relations humaines, les services juridique, fiscalité, contrôle de gestion, voirie/ signalisation, garage, ateliers, bâtiments, achats, contrats publics ainsi que le bureau d’études intercommunal.
En janvier prochain, ce sera au tour du Fast (finances allouées aux services techniques).
Cette réorganisation fonction- nera sur une année pleine pour la première fois en 2017.

En lien avec l’Agglo et le Département

Plusieurs des projets qui verront le jour à Valence dans les prochaines années ont une envergure territoriale. Par conséquent, ils sont pris en charge par l’Agglo. Il s’agit notamment du centre aqualudique de l’Epervière, de la médiathèque de Latour- Maubourg, du palais des congrès. Par ailleurs, le Conseil départe- mental apporte sa contribution à divers projets structurants en octroyant à la Ville une enveloppe annuelle de 800 000 €.