Attractivité et commerce de centre-ville

Valence sélectionnée pour le plan « Action cœur de ville » du gouvernement

222 communes françaises, dont Valence, bénéficient d'un soutien financier de l'Etat pour revitaliser leurs centres-villes, attirer des habitants, acquérir et réhabiliter des logements, développer une nouvelle offre commerciale et accompagner les commerçants dans la transition numérique.

Ces communes ont un rôle moteur pour le développement du territoire à une échelle régionale.

Une politique volontariste en matière de commerce, d’habitat et d’aménagement

Valence a été retenue dans le cadre du plan « Action cœur de ville » pour sa politique volontariste et son action, en cohérence avec la stratégie territoriale globale de développement.

Dès 2014, la Ville a lancé un plan d’action innovant destiné à dynamiser le centre-ville par des mesures originales et porteuses de sens pour les habitants, les commerçants, les entrepreneurs et l’ensemble des institutions et organismes du territoire.

Un large panel d’actions a été mis en oeuvre, contribuant depuis le début du mandat à inscrire Valence comme la ville centre d’un territoire dynamique et en constant développement :

  • Mise en valeur de l’espace public et requalification des voies (exemples : rénovation du Champ de Mars, place Simone Veil, rue Pierre Sémard et parvis de la gare, renouvellement d’aires de jeux, rue Bouffier, rue Saunière, place Aristide Briand…) ;
  • Accès aux équipements, à l'offre culturelle et de loisirs (ouverture de la MPT du centre-ville, événements marquants comme le Tour de France et le Critérium, ou plus réguliers tels que le Rallye Monte-Carlo Historique, le Festival Sur le Champ, le Valence en gastronomie Festival, les Féeries d’hiver…) ;
  • Développement de l’accessibilité et de la mobilité (simplification de la politique de stationnement, réduction des tarifs, création des places bleues et gratuité 30 minutes…) ;
  • Développement de l'habitat en centre-ville (aide à la rénovation des façades, reconquête des îlots dégradés) ;
  • Développement du numérique (nouvelle version de l’application Smartphone Ville de Valence et de son site Web, déploiement de hotspots Wifi dans le centre-ville…).

Une convention-cadre 2018-2022 pour marquer l'engagement dans la dynamisation du commerce

Ce vendredi 21 septembre 2018, une convention-cadre pluriannuelle 2018-2022 a été signée entre Valence, Valence Romans Agglo, l’État et les autres partenaires financeurs (Caisse des Dépôts et de Consignation, groupe Action Logement, Agence Nationale de l’habitat, Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, le Conseil départemental, le Conseil régional) et les partenaires locaux (Chambre de commerce et d’industrie et Chambre des métiers et de l’artisanat de la Drôme).
Par cette convention, les signataires s’engagent à déployer tous les moyens à leur disposition pour revitaliser le centre-ville de Valence, attirer des habitants, acquérir et réhabiliter des logements, développer une nouvelle offre commerciale et renforcer l’accès aux services.

Télécharger la convention cadre signée avec l’Etat.

De son côté, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a choisi d'investir 1,8 M€ dans la dynamisation du centre-ville, en particulier sur les aménagements du parvis de la gare et des abords de la place Manouchian et la signalétique de centre-ville.

Des actions concrètes dès 2018

Le plan d’action co-élaboré avec les acteurs du centre-ville de Valence et son territoire s’inscrit dans une logique de transversalité prenant en considération les thématiques suivantes : numérique (développement de la marque de centre-ville, signalétique connectée des parkings…), innovation (TIGA, à savoir Territoires d’innovation de grande ambition, concours de l’innovation commerciale sur le centre-ville), développement durable (mise en service de bus électriques, développement du vélo libre-service à assistance électrique, Agenda 21…) et animation du centre-ville (plus de 70 événements organisés depuis avril 2018 représentant une jauge de 200 000 personnes, relance d’une dynamique d’exposition temporaire au musée, évènements culturels plus fréquents…).

Dès cette année et avant même la phase de diagnostic nécessaire à l’élaboration du projet de redynamisation, des actions concrètes sont lancées :

  • Recrutement d’un directeur de projet de 2018 à 2023,
  • Conseils auprès des commerçants : valorisation des boutiques, de l’espace de vente et des vitrines,
  • Démarches marketing pour être visible sur les salons de prospection commerciale,
  • Développement de la marque « Mon coeur Valence » avec le déploiement d’arches au-dessus des rues piétonnes par exemple,
  • Rendus des études TIGA co-pilotées par la Ville, Valence Romans Agglo et le Groupe Archer (4 sujets d’expérimentation en centre-ville : pépinière d’entreprise, digitalisation, conciergerie de centre-ville et théâtralisation du parcours marchand),
  • Octroi d’aides par la Région (25 K€) aux petits commerces de proximité ou petites entreprises artisanales pour les aider à s’installer ou à se développer,
  • Réaménagement de la place Manouchian et de ses abords (1,2 M€ dont 735 K€ pris en charge par la Ville pour la valorisation des abords de la place et 430 K€ pris en charge par Q-Park pour le parking) pour améliorer la qualité de l’espace public et du stationnement en centre-ville,
  • Requalification de la voirie autour de la gare pour améliorer la qualité de l’espace public, de la circulation et du stationnement dans ce secteur stratégique.

 Concrètement, un comité de pilotage a été constitué au niveau local, composé de la Ville (représentée par le futur manager de centre-ville), de la Préfecture de la Drôme et des financeurs (caisse des dépôts, Agence nationale de l’habitat, Action logement…). Ce comité a la charge de superviser et de suivre les actions menées dans le cadre de la convention signée avec l'Etat. 

"Actionner tous les leviers possibles"

Dynamiser le centre-ville et promouvoir le commerce valentinois font partie des priorités de la Ville de Valence. Le 27 septembre 2017, dans la continuité des Assises du commerce de centre-ville de mars 2017, la ville a présenté les résultats d’une étude transversale sur l’attractivité du centre-ville et proposé aux commerçants des pistes de travail concrètes.

Menée durant l'été 2017 auprès d’un panel de plus de 200 consommateurs et usagers par Lestoux & Associés, cabinet de conseil et d’études économiques et sociologiques mandaté par la Ville, l’étude a porté notamment sur les habitudes de consommation, la typologie de visiteurs et d’achat, la circulation et le stationnement.

Une image positive du centre-ville pour 77% des visiteurs, des effets de pôle par quartier et une offre commerciale à renforcer

En ce qui concerne la perception du centre-ville par les consommateurs, 77% des visiteurs (notamment les retraités) ont une image positive, 7 visiteurs sur 10 y font leurs achats au moins une fois par semaine et 8 sur 10 sont satisfaits de l’ambiance d’achat.

D’après l’étude de Lestoux & Associés, les secteurs les plus fréquentés sont l’avenue, le centre commercial Victor Hugo ainsi que le centre historique (67 % des flux), devant la rue Emile Augier et les boulevards qui sont avant tout des lieux de flux.

L’offre commerciale connaît des effets de pôles thématiques selon les quartiers : la vieille ville pour la convivialité, les secteurs Augier/Madier/Gare/Victor Hugo pour le shopping et le secteur Nord/République/Félix Faure pour les services, cafés, hôtels et restaurants.

La répartition de l’offre commerciale : zoom sur les effets de pôles thématiques

Le centre-ville exerce une bonne influence sur les achats alimentaires grâce à ses marchés (concerne plus de 71% de personnes interrogées).

Le stationnement est relativement cohérent avec l’offre commerciale du centre-ville : on dénombre 3,9 places par commerce dans le cœur de ville et 6,7 dans le centre-ville élargi (Chareton, Comète, Gambetta…) et le stationnement en ouvrage représente plus de 72% de l’offre en stationnement global du centre-ville.

De plus, il ne constitue pas un point clé de l’amélioration de l’attractivité du centre-ville au regard des autres communes (seuls 15,5% le citent alors que dans d’autres communes, ce chiffre passe à 30%).

Parmi les axes d’amélioration cités, développer l’offre commerciale et réduire la vacance sont prioritaires.

Autre point, les espaces pour enfants, que 26% des consommateurs souhaiteraient voir se développer.

Enfin, l’étude fait ressortir la nécessité d’aller à la conquête d’une clientèle d’actifs de catégorie socio-professionnelle supérieure, habitant hors de Valence, âgée de 40 à 65 ans et ayant des enfants.

Quand la Ville et les acteurs du commerce passent à l’action

Les résultats de cette étude ont permis de dégager des solutions opérationnelles au travers de 7 axes prioritaires :

  1. Améliorer l’effet vitrine du centre-ville en intervenant sur le bâti vacant, en améliorant son attractivité depuis les boulevards et parkings et en améliorant la qualité des façades commerciales et des terrasses,
  2. Renforcer la polarité commerciale et le parcours marchand en limitant la périphérisation des activités, en développant l’intensité marchande et en stimulant l’innovation commerciale auprès des commerçants indépendants,
  3. Renforcer les démarches de conquête de clientèle en captant les actifs, en améliorant l’empreinte numérique du centre-ville, en misant sur les associations et en affirmant une identité de marque,
  4. Optimiser la gestion de la prestation centre-ville en mettant en place une gestion urbaine de proximité et en rénovant les rues piétonnes,
  5. Améliorer l’attractivité et l’attrait touristique de la ville en en améliorant la qualité du cheminement piéton, en mettant le centre-ville en lumière, en repensant la place de l’enfant en ville, en proposant des expériences singulières et attractives et en améliorant le stationnement,
  6. Densifier la population en centre-ville en renforçant le traitement des façades d’immeubles et en requalifiant l’offre en habitat,
  7. Préserver les fonctions d’attractivité non marchande en réorganisant l’offre médicale.

Pour être efficaces, ces actions doivent être coordonnées par un comité de gouvernance composé de représentants de la Ville de Valence, de l’Office de tourisme, de Valence Romans Agglo, des propriétaires, des investisseurs, des commerçants, des acteurs de l’habitat et des structures d’appui, tous mobilisés afin de renforcer l’attractivité de Valence de façon progressive et pragmatique.

Télécharger la présentation de la restitution de l'enquête