Fontaine monumentale

Le XIXe est souvent qualifié « siècle de l’hygiénisme ». C’est pourquoi les arbres et les fontaines en milieu urbain sont une des préoccupations majeures de cette période. Ils contribuent à la fois à l’agrément de la ville et à l’amélioration de la santé de la population.

 

Eugène Poitoux

À la fin du XIXe siècle, il y a environ 50 fontaines d’eau potable dans la ville.

La fontaine monumentale est l’œuvre d’Eugène Poitoux. Elle a été installée en 1887. « Les griffons qui en font l’ornement principal sont extraits des armoiries de Valence dont ils font partie. Ils tiennent sous leurs griffes les écussons des quatre arrondissements du département de la Drôme. Les consoles qui les supportent représentent la figure allégorique du Rhône projetant l’eau dans les vasques supérieures d’où elle s’échappe par douze mascarons (têtes de lions) pour alimenter les vasques inférieures »

(Extrait d’un exposé préliminaire aux travaux par l’architecte de la fontaine, M. Eugène Poitoux, 5 mars 1887)

Une sculpture urbaine

Dès sa création, la fontaine était surmontée d’une sculpture représentant un personnage ailé, qui a disparu dans les années 1950 du fait de sa dégradation. En 2006, le modèle de la statue ayant été retrouvé (une représentation d’Hermès probablement), une copie a été réalisée et installée à son emplacement d’origine.

Un véritable patrimoine urbain

Lieu emblématique agrémenté de jets d’eau, la fontaine monumentale symbolise le point central de la ville et des boulevards. Par sa forme circulaire, elle accompagne visuellement la courbe formée par le café glacier, qui lui est contemporain. Elle a été déplacée de quelques mètres en direction de la ville ancienne lors des travaux des boulevards des années 2000, afin de permettre l’aménagement d’un site propre pour les bus.