Un hôtel de ville de la IIIe république

Hôtel de ville de Valence

À l’époque médiévale, les premières assemblées municipales se réunissent dans le quartier Saint-Jean, centre artisanal et économique de la ville. Jusqu’au 19e siècle, il n’y pas d’édifice construit spécifiquement pour les fonctions municipales. La vétusté du dernier bâtiment pousse la municipalité à envisager un vrai projet.

Grand mouvement d’embellissement de la ville

Après plusieurs projets inaboutis, l’opinion est unanime : il faut un bâtiment neuf. On décide la mise au concours d’un projet de construction d’un Hôtel de Ville. Le 30 avril 1890, deux architectes parisiens associés, Bertch et Proust-Bischoff sont retenus.

La reconstruction de l’hôtel de ville intervient dans un vaste mouvement de rénovation et d’embellissement de la ville. En 1891, les fondations à peine terminées, les travaux sont stoppés pour réfléchir à un emplacement plus prestigieux. Les nouveaux boulevards suscitent l’intérêt grandissant de certaines élites. Après maints débats, la réhabilitation du centre ancien va l’emporter sur le prestige des nouveaux quartiers.

Un hôtel de ville de la 3e république

L’hôtel de ville de Valence est caractéristique de l’éclectisme de la fin du 19e siècle. L’histoire de l’art et l’histoire nationale et locale sont revisitées pour créer de nouveaux symboles. Les hôtels de ville  sont conçus pour exalter les valeurs républicaines.

L’aménagement intérieur

L’aménagement intérieur est particulièrement soigné. L’escalier monumental du hall d’entrée mène au « bel étage », où architecture, mobilier et décor reflètent un Moyen Âge et une Renaissance remis au goût du jour par Viollet-le-Duc : hauts plafonds peints à caissons, cheminée postiche et lustres monumentaux, vitraux, mobilier sculpté, cuir décoré de griffons imités de la Renaissance…

Dans la salle des mariages deux grandes peintures de Louis Ollier représentent les allégories des Fiançailles et du Mariage illustrant les devoirs moraux des citoyens.

Travaux de rénovation

Dès 2014, un programme de rénovation a été planifié sur 4 ans (2015 à 2019) afin de sauvegarder le patrimoine et accueillir le public dans de meilleures conditions.

  • 1re phase (début 2016) : restauration de l’escalier central, des murs, des plafonds et du corridor du 1er étage.
    Montant des travaux : 140 000 € TTC.
  • 2e phase (1er semestre 2017) : restauration du rez-de-chaussée et des escaliers.
    Montant estimé des travaux : 177 000 € TTC.
  • 3e phase (2nd semestre 2017) : restauration de la salle du conseil municipal, de la salle des mariages et du vestibule (salle du Tambour).
    Montant estimé des travaux : 303 000 € TTC.

Le blason de Valence

« Par le bec et par les ongles », telle est la devise inscrite sur le blason de Valence.

L’armoirie de Valence est issue du sceau communal qui date du 12e siècle. C’est en 1696 que le blason a été reconnu officiellement par le roi Louis XIV, qui a anobli la ville et lui a concédé le droit de porter des armoiries.

Les armes actuelles de Valence sont inspirées des armoiries des évêques, épurées de leur aspect religieux. Le blason est composé d’une croix argentée sur fond rouge. Une tour bleue est située au centre. L’écu central est supporté par des griffons et surmonté par une couronne crénelée. Le devise de la ville apparaît dans la cartouche située au-dessus.