Jouvet

Théodore Jouvet, valentinois fortuné, offre à la Ville l’argent nécessaire pour acheter 7 ha de terrains. Un concours national est lancé pour la création du parc en 1902. Certains projets sont réalisés par des architectes paysagistes renommés dont Jules Vacherot, lauréat du concours et directeur des parcs et jardins de la Ville de Paris. Le projet étant trop coûteux, la réalisation est confiée à un ingénieur local mais selon les plans du paysagiste parisien... Le parc est inauguré en 1905 par le président de la République, Emile Loubet, avec le pont de Valence et le lycée du même nom.

Le dessin du parc

À partir du belvédère en surplomb, on descend un escalier monumental à double volées bordé de pièces d’eau symétriques face à une roseraie agencée en demi-cercle. On accède alors à un vaste espace planté de grands arbres et coupé de pelouse sillonnée par de petites allées.

Les aménagements et la statuaire

De nombreux aménagements sont venus enrichir le parc. Au fil de la promenade on découvre le pavillon du gardien – aujourd’hui salle d’exposition, la sculpture Amour et servitude réalisée par l’artiste Marcel Jacques, élève de Rodin, la serre et l’orangerie, le monument aux morts de la Première Guerre mondiale, la roseraie créée en 1939…

Les espèces botaniques remarquables

La présence de canaux et de sources naturelles ainsi qu’une nappe phréatique peu profonde assurent une croissance exceptionnelle des arbres. Certains datent de la création du parc, comme les micocouliers, les cèdres, les magnolias, les tilleuls, les platanes....

En 1942, le parc Jouvet est inscrit sur la liste des monuments naturels et des sites à caractère historique, artistique, scientifique, légendaire ou pittoresque. En 2006, il obtient également le label « Jardin remarquable ».

Entrées : avenues Gambetta, Maurice Faure, Provence et Comète.