Fradj Meriem

Novembre 2015

Meriem Fradj, pionnière des jardins partagés

Citoyenne volontaire, présidente de l’association Le Mat Drôme, elle fait pousser l’échange et la solidarité dans son quartier.

  • Des jardins partagés en pied d’immeuble… un rêve devenu réalité ?

    +

    Oui et comme tout jardin, ils ont essaimé ! Depuis 2003 et la création de l’Oasis Rigaud au cœur du quartier de Fontbarlettes, nous avons un nombre croissant de demandes d’habitants des Hauts-de-Valence mais aussi du centre-ville. Le jardin  n’est pas qu’une mode. Outre sa fonction de production alimentaire, il crée du lien social et participe d’un nouveau paysage urbain.

    L’Oasis Rigaud a été agrandie. De nouveaux jardins ont vu le jour : l’un des derniers-nés, baptisé Le Colibri, a été aménagé à l’entrée du parc Jean Perdrix. Ils représentent au total une surface de 1,2 hectare cultivée avec des méthodes naturelles par 80 personnes.

  • Votre principe : « faire avec »…

    +

    Nos jardins sont des « jardins urbains et citoyens ». Les habitants deviennent acteurs de leur espace de vie : certains se sont investis dans l’association Le Mat, d’autres ont mis en place des projets en lien avec les écoles, d’autres encore donnent le surplus de leur récolte à des personnes en difficulté... Le jardin est un terreau d’initiatives citoyennes.

  • C’est aussi un lieu où se côtoient les générations…

    +

    Nous proposons des ateliers pédagogiques aux écoliers. Nous accueillons de plus en plus de jeunes familles. Au milieu de cette ruche, les anciens retrouvent une place : ils transmettent leur savoir-faire aux plus jeunes. Le dialogue se renoue, c’est l’un des axes les plus importants de notre action.

  • Qu’est-ce qui vous a poussée à vous investir auprès des autres ?

    +

    Une envie depuis toute petite… et des rencontres au fil de mon parcours. Je viens de Paris mais j’ai fait plusieurs chantiers de jeunes en Ardèche. J’ai participé à cette dynamique d’éducation populaire et choisi de m’installer dans la région. J’ai intégré une Scop, société coopérative et participative où chacun est acteur. Ce qui m’intéresse c’est agir avec les autres.

  • Le Mat s’est lancé un nouveau défi avec le projet « Made in Fontbarlettes » ?

    +

    Nous avons réservé un espace dans nos jardins pour la production de fruits et légumes qui sont ensuite transformés. Caviar d’aubergines, sirop de menthe, soupe de courges… sont vendus sur le marché de la place des Clercs notamment. C’est un peu un laboratoire qui fonctionne en circuit très très court !

    Cette dimension « production » et « économie » des jardins est fondamentale. Dans un contexte de crise écologique, sociale et économique, l’agriculture urbaine devrait être l’affaire de tous.

  • Votre occupation préférée ?

    +

    La lecture, le jardinage et la visite de musées.

  • Votre devise ?

    +

    Un proverbe chinois : « Il vaut mieux allumer une bougie que maudire l'obscurité. »

  • Votre héros dans la vie réelle ?

    +

    Paulo Freire (pédagogue brésilien).

  • Le don de la nature que vous voudriez avoir ?

    +

    L’oreille musicale.

  • Si Valence était…

    +

    …un souvenir ?

    Quand les rues de Valence sont animées par des évènements festifs.

     

    …un lieu ?

    Mon lieu de vie.

     

    …un mot ?

    Central.