Brunel Richard

Il dirige la Comédie de Valence qui met en scène, du 29 mai au 3 juin, la 7e édition du Festival Ambivalence(s).

  • Un Festival Ambivalence(s), pour quoi faire ?

Pour conjuguer les écritures contemporaines avec la ville. Pour que le théâtre sorte de ses murs, que les artistes soient présents dans Valence, que des liens inattendus se tissent avec les habitants. Nous présentons six créations inspirées par la ville. Pas encore, par exemple, sera joué au musée ; s’il avait été créé ailleurs, nous aurions fait tout autre chose. L’environnement dans lequel nous créons nous dynamise, nous fait rêver, stimule notre imaginaire…

Cette 7e édition a pour thématique « Le collectif dans la ville ». Nous serons présents dans les théâtres, à la préfecture, à la villa Balthazar, à la médiathèque, dans les cinémas avec des films courts réalisés par les étudiants de La Poudrière… Ambivalence(s) a pour ambition de réunir les acteurs culturels valentinois.

  •  7e édition. Le succès est donc au rendez-vous…

Nous avons connu des moments forts, des expériences théâtrales inédites en des lieux singuliers, chambre d’hôtel ou chapelle Notre-Dame de Soyons. Nous avons exploré pas mal de quartiers, comme ceux de Fontbarlettes et du Plan où nous avons suscité la curiosité des habitants.

Toute l’année, nos spectacles sont présentés dans les équipements de quartier valentinois, dans les communes de Drôme et d’Ardèche avec la Comédie itinérante.

Ambivalence(s) s’inscrit dans cette démarche d’intéresser et fidéliser un public qui ne vient pas forcément au théâtre. Comme Jean Dasté, j’ai l’ambition d’« avoir la ville entière comme public » !

  

  • Vous êtes à la tête de la Comédie de Valence depuis 2010. Quelles sont vos plus grandes fiertés ?

Je suis fier d’avoir fédéré des artistes qui s’engagent sur notre territoire, de la curiosité du public qui prend le risque de la création et nous fait confiance. Quelle fierté de présenter chaque année la saison devant une salle comble, pleinement impliquée dans notre projet ! Et de réunir, avec nos Controverses, plus de 3 000 jeunes autour de thématiques complexes comme la question du genre ou la théorie du complot.

Je suis fier de l’équipe de La Comédie grâce laquelle Valence rayonne, en France comme à l’international, fier de cette Comédie si vive et si vivante.

  •   Vous avez été reconduit en 2016 pour un 3e mandat. Quelles sont vos priorités ?

Continuer à surprendre, ouvrir les frontières de l’esprit et les frontières géographiques. Notre prochaine saison sera résolument ouverte au monde.

 

  • Votre occupation préférée ?

Faire ce que je fais ! Défendre un service de l’art.

 

  • Le don que vous aimeriez avoir ?

L’ubiquité.

 

  • La faute qui vous inspire le plus d’indulgence ?

La curiosité ! (qui, c’est bien connu, est un vilain défaut…)

 

  • Si Valence était…

 …un souvenir : sa lumière exceptionnelle.

 …un lieu : la place des Clercs. Je pourrais y passer des heures…

 …un mot : humanité. Altérité