Vidal Franck

Avril 2016

Franck Vidal, croqueur insatiable de chocolat

Directeur de la Cité du Chocolat à Tain l’Hermitage, il est l’un des vice-présidents de l’association Valence en gastronomie qui porte le projet de Cité de la Gastronomie.

  • Par quel hasard la commune de Tain l’Hermitage, terre de viticulture, est-elle devenue le berceau de la maison Valrhona ?

    +

    L’histoire de Valrhona débute en 1922 avec l’installation d’Alberic Guironnet, pâtissier à Tournon, à l’emplacement actuel de la Cité du Chocolat. Son histoire nous a été racontée par sa fille, Thérèse Valla. Alberic Guironnet était le fournisseur de chocolat du Grand Bey de Tunis ! Cette saga est présentée au sein de la Cité du Chocolat.

  • Comment est née l’idée de cette Cité du Chocolat ?

    +

    En 1992, notre exposition itinérante « Destination chocolat », présentée notamment à Lyon, puis au Palais de la Découverte, à Paris, a attiré 300 000 visiteurs très intéressés par sa dimension pédagogique.
    J’avais depuis gardé en tête l’idée de concevoir un jour un parcours permettant aux visiteurs de découvrir ce qui se cache derrière un carré de chocolat… La Cité du Chocolat a ouvert le 24 octobre 2013. 
    Elle accueille 110 000  visiteurs par an, dont 10 % d’étrangers et 60 % de Rhônalpins.

  • Que trouve-t-on dans le nouvel espace ouvert en juin ?

    +

    Au rez-de-chaussée, on dévoile – en partie ! – les secrets du chocolat, de façon ludique et pédagogique. Au premier étage, nous avons conçu un espace de 700 m² davantage axé sur l’émotion avec la présentation de la saga Valrhona, des métiers du chocolat, la projection d’un film d’immersion dans l’univers magique du chocolat… Un lieu sera dédié aux enfants. On y trouvera un espace restauration tout chocolat.

  • Valrhona a choisi de s’investir dans le projet de création d’une Cité de la Gastronomie à Valence. Pour quelles raisons ?

    +

    Valrhona est un acteur local, soucieux  de son environnement, partenaire naturel d’un projet autour d’une thématique, la gastronomie, qui est l’une de ses raisons d’être. La future Cité de la Gastronomie de Lyon, celle de Valence, la Cité du Chocolat, sont des entités complémentaires dont l’intérêt commun est de communiquer ensemble pour parvenir à mieux capter une partie du flot touristique de l’A7… C’est un beau projet, qui repose sur de bonnes bases.

  • Selon vous, une Cité de la Gastronomie doit être…

    +

    …un projet partagé par tous : élus, tissu économique, population… pour que chacun se l’approprie. Gourmande : on doit pouvoir goûter, éveiller ses cinq sens, se faire plaisir. Populaire, dans le sens où elle doit être accessible à tous.

  • Le principal trait de votre caractère ?

    +

    La créativité.

  • Votre occupation préférée ?

    +

    En ce moment, le théâtre. Je joue dans une troupe amateur. 

  • Ce que vous détestez le plus ?

    +

    L’hypocrisie.

  • Le don de la nature que vous voudriez avoir ?

    +

    La patience.

  • La faute qui vous inspire le plus d’indulgence ?

    +

    La gourmandise !

  • Votre devise ?

    +

    Tout le monde peut avoir des idées… et des bonnes !

  • Si Valence était…

    +

    … un lieu ?

    Les canaux.

    …un mot ?

    Passer : une ville de passage qui pourrait devenir passeur du message de la gastronomie auprès des voyageurs qui traversent la Vallée du Rhône.