Parcours urbain actif

L’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (Onaps) a mené une étude expérimentale sur le territoire de Valence et en parallèle sur la Communauté d’agglomération de Clermont-Ferrand. L’objectif du projet Parcoura « Parcours urbains actifs » est d’augmenter la part des déplacements effectués à pied et à vélo grâce à l’amélioration des parcours piétonniers et cyclables et mettre en place une communication autour des modes actifs adaptée aux différentes catégories de population.

L’étude Parcoura identifie les points noirs récurrents (manque de continuité dans les aménagements, problème de stationnements sauvages de voitures, mobilier urbain gênant, manque de banc ou d’oasis de repos, temps d’attente très long à un feu rouge, coupure urbaine…) mais aussi les itinéraires les plus agréables. Les autres freins relevant des représentations, des perceptions concernant la dangerosité de certains espaces ou parcours, les frontières symboliques qui peuvent exister entre quartiers, les éléments d'attractivité, de confort, de plaisir ou au contraire de gêne, de répulsion,… sont également abordés.

La question des temporalités des habitants fait l’objet d’une attention particulière car la question du gain ou de la perte de temps est essentielle : en effet, l’aménagement de l’espace ne suffit pas comme levier au changement : il faut ajouter l’aménagement des temporalités et de l’organisation des activités à l’échelle de la semaine, de la vie quotidienne. Utiliser les transports actifs peut par exemple permettre d’atteindre les niveaux d’activité physique recommandés (30 minutes par jour, au moins 5 jours par semaine), mais cette notion est souvent peu prise en compte par les habitants dans la gestion de leur temps. 

Onaps : l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité a pour vocation d’évaluer le niveau d’activité physique et sportive ainsi que le temps passé à l’activité sédentaire. Il recense les dispositifs mis en place pour promouvoir l’activité physique et sportive et en évalue l’efficacité.

3 % des déplacements se font à vélo à Valence, 38 % en marchant.

Découvrez le rapport final réalisé par l'Onaps.