Ville 4 fleurs

Le maintien de notre 4e fleur a été confirmé le 11 avril 2017 et le jury national est venu à Valence pour saluer et récompenser le travail réalisé avec le prix spécial "coup de cœur" pour la cohérence de l'action de la Ville.

Valence arbore fièrement sa 4e fleur depuis près de 15 ans déjà. Seulement 235 communes en France, et 19 en Rhône-Alpes, possèdent le label « ville 4 fleurs », récompense de l’engagement à développer ses parcs et jardins, à améliorer son cadre de vie et à valoriser les efforts d’embellissement des balcons et jardins des Valentinois.

Valence a su faire évoluer ses pratiques et poursuivre ses engagements afin d’intégrer la nature en ville et préserver son environnement. Des grands projets d’aménagement d’espaces publics à la gestion quotidienne, le développement durable est au cœur des réflexions. Les nouveaux projets suivent ce chemin tracé par le temps.

Ses 4 fleurs sont gage de reconnaissance de l’art de vivre Valentinois et de notre engagement collectif pour la préservation d’un cadre de vie aussi agréable que rayonnant.

 

Découvrez le site national des Villes et Villages Fleuris.

Tous ensemble, contribuons à l'embellissement de la Ville. 

Vous possédez un jardin, un bacon, des fenêtres fleuris ? Participez au concours Fleurir Valence !
Pour en savoir plus.

 

Nouveau guide : Valence, ville 4 fleurs

De l’urbanisme au développement durable, en passant par la stratégie mise en place pour la gestion des espaces verts de la Ville, découvrez dans le nouveau guide les atouts et spécificités de la Ville en matière d'environnement mais aussi les actions phares menées par la municipalité pour faire de Valence une ville 4 fleurs !

 

Une situation géographique idéale 

Idéalement implantée au bord du Rhône, entre le Vercors et les monts d’Ardèche, Valence bénéficie d’un climat semi-continental aux influences méditerranéennes, caractérisé par la présence d’un vent régulier. Valence est souvent désignée comme étant « la porte du midi ».

Une ville en terrasse

La ville se caractérise par un découpage naturel en 3 terrasses avec des sols aux caractéristiques variées. Des côtes pittoresques permettent de relier la basse ville à la première terrasse. La Ville est abondamment arrosée par le Rhône et possède un réseau de canaux alimentés par des résurgences naturelles du Vercors.

Une identité paysagère singulière

La végétation, l’exposition et la nature du sol font du pays de Valence un paysage spécifique, marqué par la présence de l’homme depuis l’Antiquité, à travers le témoignage des cultures successives de l’olivier, de la vigne, puis des arbres fruitiers qui constituent aujourd’hui un marqueur fort du paysage et de l’identité du territoire.

Sans oublier le rôle des fleuves et cours d’eau : le Rhône, l’Isère plus au nord, mais aussi le maillage des canaux, qui pourraient être hérités des Romains, qui structurent les quartiers.

Ces éléments constituent le cadre de vie de la ville actuelle, et forment son identité.

De Valentia à nos jours, 2000 ans d’histoire

La longue histoire de la ville et sa position de carrefour expliquent les influences culturelles multiples qui se conjuguent à Valence : provençales, dauphinoises ou encore arméniennes, la ville accueillant depuis 1920 une importante communauté, pleinement intégrée à la ville. Valentia, la « valeureuse » en latin, reste enserrée dans ses remparts jusqu’au 18e siècle. Le sort de la ville est intimement lié au Rhône, axe commercial fructueux, mais aussi à la présence militaire, la ville ayant abrité de nombreuses casernes. La création d’une université en 1452 participe au réveil intellectuel de la cité. Première ville inscrite dans le réseau national des Villes et Pays d’Art et d’Histoire en 1985, Valence conserve de l’époque médiévale et de la Renaissance de nombreux trésors architecturaux : vestiges de l’art roman avec l’église Saint-Jean et la Cathédrale Saint-Apollinaire, édifices Renaissance tels que la Maison des Têtes au décor gothique flamboyant. Ces édifices ont été réhabilités et mis en valeur au fil des projets d’urbanisme. Au 20e siècle, alors que sur les terrasses supérieures s’élabore le Valence de demain, la ville d’hier connaît d’heureuses rénovations. Parmi ses sites et édifices les plus emblématiques figurent également le Pendentif, monument funéraire du 16e siècle, le kiosque Peynet, célèbre pour ses amoureux, le parc Jouvet, typique de la Belle Époque, ou encore les Châteaux d’eau de Philolaos, érigés au début des années 70.

L’urbanisme, au service des Valentinois et du tourisme

Voirie, espaces verts, urbanisme, rénovation urbaine, propreté et éclairage public... À Valence, les projets sont au service de la qualité de vie, pour une ville plus douce, belle et agréable à vivre pour les habitants et les visiteurs.

Le Plan local d’urbanisme, outil de protection et de valorisation de la nature en ville

Lors de la création du Plan local d’urbanisme communal en janvier 2014, la ville a officialisé la place du cadre de vie dans le développement de son territoire, notamment à travers des outils de protection forts.

Sur les 3 669 hectares de Valence :

  • 387,5 ha sont classés en zone N (espace naturel, non constructible),
  • 1 265 ha sont classés en zone agricole,
  • l’ensemble des canaux et leurs sources (86 ha) sont classés en espaces verts protégés (EVP) et en emplacements réservés (ER),
  • les ensembles boisés, ainsi que des arbres patrimoniaux sont classés en espaces boisés classés (EBC), tant sur des parcelles publiques que privées, soit un total de 70 ha.

Une protection renforcée pour la biodiversité

La Ville a été la 2e en France à protéger sa biodiversité à travers une Orientation d'aménagement et de programmation (OAP). La trame verte et bleue est outil en faveur du cadre de vie et de la biodiversité. 4 zones ont été identifiées et protégées.

Des aménagements pour la mobilité douce

La protection de la biodiversité s’accompagne du développement de mobilités douces au profit des habitants et du tourisme :

  • création de pistes cyclables
  • valorisation par l’Office de tourisme d’un parcours (piéton ou cyclable) allant du pont Frédéric Mistral au pont des Lônes, en longeant le Rhône sur ses deux rives (Drôme / Ardèche)
  • développement de sentiers de randonnée par l’Agglomération
  • mise en avant de la Viarhôna, itinéraire cycliste reliant le Lac Léman à la Méditerranée en longeant le Rhône, labellisé Eurovelo en 2016.

À partir de 2017, une « liaison verte » va être progressivement aménagée par la Ville. Cette boucle destinée aux vélos et aux piétons permettra de relier le centre-ville au site de l’Épervière, en restant au plus proche de la nature.

Un patrimoine végétal et paysager en perpétuelle évolution

Les espaces verts de Valence en chiffres

Depuis 15 ans, le service gère les espaces verts en mode de gestion différenciée (qui permet d'adapter les pratiques selon les zones, leurs caractéristiques et leur destination).

  • 300 ha d’espaces verts et naturels, soit 10 % de la superficie de la ville
  • 45 % de la superficie de la ville composée de surfaces naturelles ou agricoles
  • 54 squares, parcs et jardins, dont 11 parcs totalisant 80 ha
  • 6 ha de fleurissement, dont 98 massifs saisonniers, soit 5 000 m2, 82 suspensions aériennes et 1,5 ha de massifs de vivaces
  • 80 000 plantes à massifs et 28 000 bulbes plantés chaque année
  • 6.7 ha de prairies fleuries et prairies en fauche tardive
  • 132 ha de pelouses
  • 80 kilomètres de chemins ruraux
  • 7 jardins familiaux et collectifs

Le fleurissement et la production florale

Avec ses 2 100 m2 de serres de production réparties sur 2 sites, la Ville dispose d’un outil permettant une grande diversité de plantes, le choix des gabarits, la possibilité de réaliser des essais, mais également une réactivité en cas de dégradations. Depuis maintenant plus de 10 ans la production florale est réalisée en zéro-pesticides (pas d’utilisation de produits d'origine chimique) tant au niveau des engrais que pour les traitements.

 

Les espaces publics

Les terrains de sport extérieurs

Depuis 2012, toutes les surfaces sont entretenues par la ville sans produit phytosanitaire et sans engrais minéral.

  • 60 ha de terrains sportifs et espaces verts associés
  • 21 terrains en herbe, 3 terrains synthétiques, 1 terrain en stabilisé
  • 14 terrains de tennis
  • 7480 m2 de pistes d’athlétisme en schiste et 2 pistes en tartan,
  • 10 terrains de pétanque

Les haies bocagères et chemins ruraux

  • 18 km de haies
  • 80 km de chemins ruraux

Pour préserver la diversification des habitats et les continuités écologiques, huit différents types de haie ont été mis en place. Les arbres et arbustes ont été choisis en fonction du sol, parmi des espèces adaptées à la région (merisier, noyer, frêne, aulne, érable sycomore, chêne pubescent, murier blanc, lilas, forsythia, laurier-tin, arbres de Judée, noisetier, cornouiller, sureau, troène du Japon...).

Les espaces verts d’accompagnement

Valence a veillé au fur et à mesure des aménagements à développer ses espaces verts d’accompagnement, situés essentiellement à proximité des voiries et des équipements communaux. Ils créent un maillage vert dans la ville.

L'accompagnement d’habitations

Dans les années 60, de nombreux quartiers pavillonnaires ont été créés avec autant de mails piétons et placettes. Pour améliorer la perméabilité des sols et la régulation des températures en milieu urbain, un programme pluriannuel est mis en place depuis 3 ans permettant d’enherber une quinzaine de zones minérales par an.

L'accompagnement d’équipements publics

Ces espaces verts permettent la mise en valeur des bâtiments communaux : écoles, crèches, équipements de quartier, bâtiments culturels et municipaux accueillant du public, équipements sportifs, soit plus de 15 hectares d’espaces verts.

Les parcs urbains

Avec 11 grands parcs urbains et 43 places et squares, Valence offre à chaque Valentinois un espace public à moins de 10 minutes de chez lui. Les parcs de Valence offrent des ambiances variées, du plus horticole pour le parc Jouvet, aux plus naturels, tels que le parc des Trinitaires et le parc Jean Perdrix. 

Les aires de jeux

La Ville dispose d’un patrimoine de 110 aires de jeux pour enfants (236 modules) et de 7 terrains multisports. Chaque année, la Ville investit pour refaire au moins une aire de jeux de grande envergure et 2 à 3 aires de jeux de quartier.

Les nouvelles aires de jeux implantées dans les parcs sont conçues à partir de bois de robinier non traité et issu de forêts durables. Dans les squares de quartier, les aires de jeux sont également réhabilitées, avec des matériaux simples d’entretien et une recherche d’originalité dans les aménagements.

L’aire de jeux du Parc Jouvet a été rénovée en 2015 et offre désormais un espace de jeux divisé en 3 zones selon les tranches d’âges :

  • une aire clôturée pour les 0/3 ans
  • une aire pour les 3/6 ans
  • une aire pour les 6/12 ans

Une structure spécifique a également été installée pour les personnes à mobilité réduite. Le revêtement de sol, en caoutchouc recyclé et recyclable, permet une circulation aisée des personnes en fauteuil roulant.

Un véritable ancrage dans le développement durable

  • 10 associations environnementalistes accompagnées par la Ville de Valence,
  • 3 ha de jardins partagés, collectifs et familiaux,
  • 30 jardins pédagogiques dans les écoles,
  • 4000 m3 de déchets verts broyés/compostés chaque année

Une gestion durable au quotidien

La Ville de Valence développe depuis plusieurs années une politique dynamique en faveur de l’environnement ; cette préoccupation est quotidienne.

  • Dans le choix de matériel et services horticoles : pour réduire les nuisances sonores, améliorer l’ergonomie de travail des équipes de terrain et réduire la consommation en énergies fossiles, la ville a investi dans du matériel électrique.
  • Dans l’utilisation de méthodes alternatives aux produits d’origine chimique : le passage total en 0-pesticides en 2012 a nécessité de nombreuses adaptations dans la gestion des espaces verts et le désherbage, y compris sur les terrains de sport.
  • Dans les méthodes de désherbage en perpétuelle évolution : depuis 2011, les services de la propreté urbaine et des espaces verts mettent en œuvre des combinaisons de méthodes manuelles, mécaniques et thermiques, adaptées selon les surfaces. En 2015, un plan de désherbage communal a été formalisé, définissant des zones d'entretien différenciées.
  • Dans les choix et techniques végétales : utilisation de paillages issus du broyage des arbres et arbustes de la ville, développement de prairies fleuries et engrais verts, prise en compte du développement durable dans tout nouvel aménagement.
  • Dans la gestion de l’eau : face aux enjeux écologiques et à l’augmentation croissante des coûts de l’eau potable, la Ville s’est lancé le défi de réduire drastiquement sa consommation d’eau sur l’espace public. En 2016, elle a investi 350 000 € pour réaliser 250 000 € d’économies annuelles.

Prairies fleuries et engrais verts pour lutter contre l’ambroisie

Cette plante envahissante et allergisante, véritable enjeu de santé publique en Rhône-Alpes, affectionne les terres fraîchement travaillées. Afin de lutter contre ce nuisible, la Ville de Valence mis en place des plantations temporaires.

Rôle social des espaces verts

Valence peut compter sur un vaste tissu associatif en faveur de l’environnement, qui porte de nombreuses actions de sensibilisation. La ville à fait le choix d’accompagner et valoriser ce réseau d’acteurs.

Le service Espaces Verts et Nature en Ville apporte un support technique et assure un rôle de coordination et de valorisation des actions menées par les différentes associations autour des jardins familiaux, partagés et collectifs.

Diverses associations, notamment locales, ont installé 15 ruches sur 4 sites : dans les jardins familiaux et partagés, au musée et sur les sites de captage d’eau.

Depuis 2015, en concertation avec l’association Compost et territoire et la Communauté d'agglomération, la ville a développé des composteurs de proximité. Des analyses de la qualité du compost, avec recherche de traces de pesticides, sont également mises en place afin d’offrir aux valentinois un compost de bonne qualité et d’accompagner les améliorations à mettre en œuvre.

Depuis 2016, un partenariat de 3 ans a été signé entre la Ville et la Ligue de protection des oiseaux. La Ville s’engage à créer des conditions propices à la biodiversité en aménageant des milieux favorables à la faune et la flore sauvages, en privilégiant les plantations d’espèces locales, et en adoptant un mode de gestion écologique et des gestes éco-citoyens (irrigation minimale, recyclage des déchets verts…).

Les acteurs du cadre de vie

En complément de l’accompagnement des initiatives collectives et individuelles, de nombreux services municipaux œuvrent au quotidien pour l’amélioration du cadre de vie, aussi bien sur le plan technique que sur le plan social. L’espace public est aujourd’hui au cœur de tous les projets et doit allier écologie, économie et rôle social. La direction de l'Espace Public est composée de 4 services.

Le service Espaces Verts et Nature en Ville

Les espaces verts représentent environ 300 hectares, pour un effectif de 70 agents.

  • L’unité Exploitation des Espaces Verts : entretien des espaces verts et des terrains de sport.
  • L’unité Arbre : gestion et protection des 25 000 arbres communaux et des boisements.
  • L’unité Ecologie Urbaine met en œuvre une stratégie cohérente de protection, de gestion et de valorisation du patrimoine des canaux et zones humides de la ville.
  • La production florale : production des plantes à massifs et vivaces nécessaires au bon fonctionnement du service.
  • L'unité Suivi de Travaux Neufs et Aires de Jeux : 5 à 10 espaces rénovés par an.

Le service commun (Ville / Agglomération) voirie et signalisation

Ce service, composé de 36 agents, assure la maitrise d’ouvrage des travaux sur les voiries communales et communautaires (40 zones d’activités), les petites réparations en interne, la gestion du mobilier de voirie, la gestion de la signalisation.

Le service communautaire d’Éclairage Public

Composé de 25 agents, il assure la gestion des 45 000 points lumineux de l’Agglomération, dans une logique d’optimisation des coûts et de gestion durable (remplacement par des leds, abaissement ou coupure de l’intensité lumineuse en milieu de nuit, suivi informatisé de tous les points lumineux, enfouissement des réseaux).

Le service municipal de la Propreté urbaine

Composé de 80 agents, ce service assure notamment :

  • le nettoyage et le désherbage des chaussées et trottoirs,
  • le nettoiement manuel des trottoirs et places,
  • la collecte des corbeilles et sanicrottes sur voirie,
  • la lutte anti-graffitis,
  • le ramassage des dépôts sauvages.

La gestion de la propreté des espaces verts relève du service Espaces Verts et Nature en Ville avec lequel des liens étroits sont noués.