Les dernières infos autour du parc Saint-Ruf

Fermé temporairement depuis l'été 2018 en raison d'un risque d'affaissement, le parc Saint-Ruf fait l'objet d'une vigilance accrue concernant son sous-sol. Si les premiers travaux de confortement de certaines voûtes ont été effectués en septembre dernier, des investigations plus poussées vont se poursuivre au cours des prochains mois. Elles permettront notamment de mieux appréhender la composition et la juxtaposition de constructions du sous-sol, de connaître les causes des désordres observés (fissures, déséquilibre, affaissement, traces d’humidité) et de déterminer la nature, l’ampleur et la durée des travaux à réaliser avant la réouverture du parc.

 

 

Pourquoi avoir fermé le parc Saint-Ruf ?

Depuis plusieurs années, ce parc fait l’objet d’une vigilance accrue du fait de la fragilité de son sous-sol. La décision de le fermer a été prise par la Ville en juin 2018 pour des raisons de sécurité : en effet, deux affaissements avaient été constatés, avec d’importantes fissures dans plusieurs voûtes. De plus, l’état du mur de soutènement qui longe la rue Ambroise-Paré (fissures, déséquilibre, affaissement) suscitait des inquiétudes.

Qu’a fait la Ville suite à cette fermeture ?

La Ville a demandé à un cabinet d’expertise indépendant d’établir un premier diagnostic sur les parties visibles, ce qui a permis de repérer des travaux à réaliser en urgence.

Quels ont été les travaux effectués ?

Les travaux effectués en septembre dernier ont consisté à renforcer les voûtes des cuisines de l’ancienne préfecture qui bougeaient sensiblement selon les relevés effectués grâce à la pose de cordons optiques. Ces travaux vont permettre de commencer les explorations des voûtes condamnées ou non encore connues.

Le parc reste fermé. Pourquoi ?

Il repose sur de nombreuses voûtes. Certaines sont actuellement sous surveillance : aucun mouvement n’a été détecté pour l’instant mais l’observation doit se prolonger pendant plusieurs mois pour s‘assurer qu’elles sont vraiment stabilisées.

Par ailleurs, des explorations plus poussées des voûtes inaccessibles dont on ne connaît aujourd’hui ni l’importance, ni l’état, ni même parfois l’existence vont être menées. Au fur et à mesure, des diagnostics seront réalisés pour vérifier leur stabilité et les conforter si nécessaire. Ces études complémentaires doivent également permettre de mieux connaître la juxtaposition de constructions dont on ignore la date et l’ampleur  (il est en effet possible qu’il y ait six niveaux de sous-sols !), ainsi que la composition des sols et les causes des affaissements.

Enfin, le mur de soutènement va être conforté ; il faudra ensuite explorer les ouvrages présents sous le talus et leur état afin de pouvoir le consolider sur le long terme. Affaire à suivre...

 

 

 

 

Comprendre l'histoire du parc Saint-Ruf en 7 dates

Depuis plusieurs années, en raison de la fragilité de son sous-sol, le parc fait l’objet  d’une vigilance accrue de la part des services municipaux. Son histoire permet de mieux appréhender la situation actuelle :

  • 1200 - 1600 : Des traces de vies à l’époque romaine ont été constatées par des études archéologiques mais aucune information ne permet de déterminer l’ampleur de l’activité humaine sur l’emplacement. D’après les historiens, il s'agissait de maisons d’habitation.
  • 1600 : L’abbaye de Saint-Ruf est construite sur différents niveaux, au-dessus des maisons existantes. Les textes de l’époque font état d’une «juxtaposition de bâtiments au détriment d’une cohérence de construction ».
  • 1944 : Le bâtiment est bombardé, après avoir été transformé en préfecture en 1800.
  • 1982    Le parc est créé, une partie seulement des caves étant comblée.
  • 2006    Des fissures et désordres sur le mur Ambroise Paré sont constatés.
  • 2013    Le parc est réhabilité en surface, les travaux étant réalisés à moins de 50 cm de profondeur. La même année, deux premiers affaissements apparaissent au niveau de l’entrée du site et sont remblayés en 2014.
  • 2018 - 2019     Fermeture temporaire du parc suite au constat de deux nouveaux affaissements et de désordres importants au niveau du mur Ambroise Paré.