La saison du théâtre

Les spectacles à venir au Théâtre de la Ville : pensez à réserver !

Vendredi 17 février 20h45 : Chassol (musique actuelle)

C’est l’objet musical le plus singulier du moment. Christophe Chassol est l’un des artistes français actuels les plus fascinants : chef d’orchestre, arrangeur, pianiste, il a travaillé avec Phoenix ou Keren Ann et se révèle depuis quelques années le compositeur singulier d’albums surprenants et oniriques enregistrés autour de sons glanés lors de ses voyages. Après la Nouvelle Orléans et l’Inde, c’est en Martinique, l’île natale de ses parents, que Chassol a posé ses micros et ses caméras pour réaliser un album lumineux, humain et peuplé de personnages attachants intitulé Big Sun.

Vendredi 10 mars 20h45 : Piano Rigoletto (humour musico classique)

Avec sa leçon de musique loufoque et ludique, son piano et son casio, Alain Bernard nous fait revivre l’histoire de la musique et la réalité quotidienne des musiciens, de la préhistoire à David Guetta, en passant par le Moyen Âge, les périodes classique et romantique... De Beethoven à Bob Marley, de Chopin à la chanson réaliste, du blues aux musiques de films...

Dimanche 12 mars 17h : Ensemble orchestral Confluences (Musique Classique)

Rassemblant près de 40 instrumentistes de haut niveau désireux de promouvoir le répertoire symphonique, concertant et lyrique, sur le territoire Drôme-Ardèche, l’Ensemble Orchestral Confluences est un habitué du Théâtre de la Ville.

Cette année, en clin d’œil au Festival Regards sur le cinéma espagnol et latino-américain, qui se déroule toute la semaine à Valence, il nous propose un programme dédié à la musique espagnole et à ses influences sur les compositeurs français.

Au programme, Bizet et sa Carmen, Manuel de Falla et la Vie brève, ou encore Le Boléro de Ravel. Le tout dans des orchestrations hautes en couleurs donnant la part belle à chaque pupitre de l’ensemble, dans l’esprit de partage et de générosité cher à l’ensemble Orchestral Confluences.

Dimanche 26 mars 17h : Zorbalov et l'orgue magique (Spectacle familial)

Célèbre équilibriste dans sa jeunesse, Zorbalov erre désormais de village en village pour gagner sa vie. Son destin bascule lorsqu’une vieille sorcière lui offre un orgue de Barbarie - un orgue magique, capable de faire apparaître tout ce qu’il désire, pour peu qu’il choisisse le morceau adéquat. Mais gare ! « L’orgue ne doit être utilisé que par une âme bienveillante », a prévenu la sorcière...
Un récit fantastique au parfum envoûtant des contes slaves d’antan. Chansons originales et chefs d’œuvre du répertoire se côtoient avec bonheur dans ce récit incarné par un Yanowski plus charismatique que jamais.

 

Mercredi 5 avril 17h : Jeune Ballet d'Aquitaine (Danse)

Créé en 1984, le Jeune ballet d’Aquitaine se veut une passerelle entre apprentissage et vie professionnelle pour les jeunes artistes. Dans le cadre du festival Danse au l d’avril, la FOL 26 propose cette année de présenter le travail des 18 danseurs en formation supérieure associé à celui d’artistes et chorégraphes professionnels. Un spectacle éclectique et rythmé, une véritable performance pour ces jeunes artistes qui met en lumière leur capacité à aborder des univers artistiques différents sous la forme d’une série de courtes pièces chorégraphiques dans les esthétiques néo-classique, contemporaine et jazz.

8 et 9 avril : Le cercle des illusionnistes (Théâtre) 

Après Le Porteur d’Histoire, présenté au Théâtre de la Ville en 2013, Alexis Michalik confirme qu’il est le champion du récit à tiroirs, et qu’il maîtrise la narration comme personne. Avec lui, les histoires vont et viennent, virevoltent autour des personnages, s’emboîtent, s’enchaînent, et finissent toujours par retomber sur leurs pieds autour d’un l conducteur jamais abandonné. C’est cela, Le cercle des illusionnistes : des allers-retours entre passé et présent, entre fiction et réalité, entre personnages historiques et héros de papier.

À travers l’histoire d’amour de Décembre et d’Avril, Michalik réalise l’illusion parfaite : son théâtre devient un hommage à Georges Méliès et Robert Houdin, horloger et créateur d’automates, qui firent vibrer de leur créativité les plateaux de théâtre, 29 les premières heures du cinéma et l’élaboration des premiers

Vendredi 14 avril 20h45 : Suena Flamenco (Flamenco)

Le rythme fascinant de la guitare de Juan El Flaco, génie aux ongles magiques, porte le chant vibrant et coloré vers les « bulerias », « tangos » et autres « alegrias », avec charisme et générosité ! Les trois grandes disciplines du flamenco, chant, musique et danse, sont incarnées avec maestria par des artistes de tout premier plan de la scène flamenca, ayant travaillé aux côtés de Paco de Lucia, Tomatito, Diego El Cigala, Joaquin Cortés... Cette fresque d’artistes, qui envoûte et fascine par la délicieuse vague de chaleur qu’elle transmet, si riche en émotions, laissera un souvenir inoubliable !

Jeudi 4 mai 20h45 : Le chant de Karastan (Danse)

Michel Hallet-Eghayan, co-fondateur de la Maison de la Danse à Lyon, créa son Chant de Karastan en 1993 pour le Festival d’Avignon. Re-créées en 2015 dans le cadre du centenaire du génocide des Arméniens, ces trois pièces dansées, à la croisée de l’art contemporain et de la tradition arménienne, nous feront partager ce chant de mémoire collective à la source des mythes fondateurs de ce peuple : la montagne, l’alphabet et l’église. L’émotion vivante des mythes, la chaleur de l’histoire, l’ardeur de l’avenir, un chant de mémoire collective.

Téléchargez le programme de la saison 2016-2017