Se déplacer autrement à Valence

Et si nous nous déplacions autrement ?

Bus, vélo, covoiturage… les alternatives à la voiture individuelle ne manquent pas. Les essayer, c’est souvent les adopter !

 Au Québec, le « Défi sans auto solo » est une compétition amicale inter-entreprises qui encourage salariés et étudiants  à se rendre sur leur lieu de travail ou d'études à l'aide d'une solution de transport durable : covoiturage, transport en commun ou transports actifs (vélo, marche à pied…).

Cette initiative vise à sensibiliser aux atouts des modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle : diminution de la pollution sonore et atmosphérique, amélioration de la qualité de l’air, réduction des dépenses énergétiques, bien-être physique …

A Valence, on partage les préoccupations québécoises. « Nous souhaitons favoriser les modes de déplacements doux et limiter l’utilisation de la voiture », souligne le maire, Nicolas Daragon. En février 2016, Valence Romans Déplacements (VRD), autorité organisatrice de la mobilité et des transports urbains sur un territoire regroupant 69 communes et 255 000 habitants, a lancé son Plan de Déplacements Urbains (PDU) pour les dix années à venir. « Il vise à réduire le trafic automobile au profit de modes de déplacements peu ou pas polluants : marche à pied, vélo, transports publics », explique Marylène Peyrard, présidente de VRD. Objectifs chiffrés : -4,7% de déplacements en voiture, +3,1% à vélo et marche à pied, +2% en transports en commun.

 « Toujours partante pour innover »

Selon François-Xavier Dauphin, co-gérant de Carbone zéro, magasin dédié au cycle, la mise sur le marché de vélos à assistance électrique (VAE) de plus en plus performants, légers et pratiques (de 2 à 4 heures suffisent pour les recharger) a largement contribué à augmenter les déplacements à bicyclette. « Dans une boutique comme la nôtre, spécialisée dans les vélos pour les déplacements quotidiens, le vélo électrique représente 50% des ventes ! » Plus besoin de forcer dans les montées ou pour lutter contre le vent : on arrive au travail frais et dispos. 100 Valentinois ont pu bénéficier d’une aide à l’achat mise en place par VRD qui soutient aujourd’hui l’acquisition de vélos pliants permettant d’enchaîner vélo et train ou vélo et bus*. 

Autre option : le bus qui évolue pour mieux répondre aux attentes des usagers. Pour améliorer leur confort, 95 abris voyageurs ont été récemment modernisés (possibilité de connaître en temps réel l’horaire de passage de son bus) et rendus accessibles aux personnes à mobilité réduite. Pour la fluidité des trajets, à Valence, les bus sont prioritaires aux carrefours à feux. Et dans notre ville, 21 bus circulent au gaz naturel, carburant 100% renouvelable « qui réduit drastiquement les émissions de gaz à effet de serre » nocives pour l’environnement.

« L’enjeu est de répondre aux besoins de mobilité de l’ensemble de la population, tout en respectant un équilibre durable avec l’environnement », insiste Marylène Peyrard. « La Ville de Valence l’a bien compris et est toujours partante pour mettre en place des dispositifs incitant à se déplacer autrement qu’en voiture. »

 *Jusqu’au 31 janvier 2018, l’Etat cofinance l’acquisition d’un vélo électrique neuf n’utilisant pas de batterie au plomb (economie.gouv.fr/particuliers/prime-velo-electrique).

 Infos pratiques libélo et vélo box : citea.info, 04 75 600 626.

  

L’autopartage se développe à Valence

Depuis fin avril, c’est une petite révolution dans le monde des déplacements qui s’est produite à Valence. 4 stations d’autopartage ont été installées : 2 à la gare TGV, 1 avenue Félix Faure au Pôle bus, 1 avenue du président Herriot. Ce déploiement intervient dans le cadre du Plan de Déplacements Urbains mis en place par Valence- Roman Déplacements, en lien avec Citiz, le leader national de l’autopartage. Ce principe, qui existe depuis 15 ans, permet l’utilisation successive d’un même véhicule par différents usagers  Ces voitures, hybrides qui plus est, se louent de quelques minutes à plusieurs jours et permettent de proposer une alternative à la voiture personnelle.

Pour réserver, il faut demander une carte d'accès et s'inscrire sur internet, sur le site de Citiz Alpes-Loire ou sur rendez-vous à Valence-Romans Déplacements. Une fois la carte délivrée, l’utilisateur peut réserver une voiture 24h/24 et 7j/7 par internet, smartphone ou tablette. La réservation est possible jusqu'à cinq minutes avant la prise du véhicule et la restitution du véhicule se fait uniquement à la borne de départ « Comme j’habite en ville, je n’ai pas besoin d’une voiture personnelle. Les transports en commun me permettent de me déplacer facilement. Mais lorsque j’ai besoin d’aller faire des courses ou de me rendre à des rendez-vous professionnels en dehors de la ville, l’autopartage est une solution idéale », explique Caroline, une Valentinoise conquise.

Pour les tarifs, différentes formules sont proposées en fonction de son utilisation, sans limite de kilométrage. Sans abonnement, avec la formule mini, c'est 4,50 euros l'heure et 0,35 centimes le kilomètre, soit 12,50 euros pour deux heures et 10 km parcourus. Avec un abonnement à 8 euros par mois (formule classique), c'est 3 euros l'heure et avec un abonnement à 16 euros par mois (formule fréquence), c'est 2 euros l'heure.

+ d’infos : valenceromansdeplacements.fr ou alpes-loire.citiz.coop

 

Des liaisons vertes pour piétons et cyclistes

Afin de favoriser les déplacements à pied et à vélo, la Ville travaille sur la création de « liaisons vertes ». Deux parcours seront aménagés avant fin 2017, pour permettre de rejoindre en toute sécurité le site de l’Epervière à partir du centre-ville. Le premier passera par les parcs Jouvet, des Trinitaires, longera le parc Marcel Paul, traversera le pont enjambant l’A7 pour rejoindre directement la ViaRhôna. Le second accèdera à la ViaRhôna à partir du parc Jouvet via un carrefour à feux réaménagé. D’autres parcours urbains actifs seront ouverts en 2018/2019 afin de donner envie de marcher ou pédaler !

Vous n’avez pas de vélo ? Louez un libélo : 160 vélos en libre-service sont disponibles dans les 20 stations valentinoises, dont une à l’Epervière (VRD enregistre 30 000 locations annuelles). Autre formule : la location pour une durée de 1 à 12 mois d’un libélo classique, électrique ou pliant.

Si vous avez un vélo mais pas de garage pour le soustraire à la tentation, vous pouvez désormais louer une vélo-box, service de consigne individuelle. Il en existe 54 à Valence. Toutes ont trouvé preneur. « Une de nos clientes a attendu leur installation pour acheter un vélo », assure François-Xavier Dauphin, du magasin Carbone zéro.

citea.info, 04 75 600 626

 

Une étude pour favoriser les « mobilités actives »

« Les échanges que j’ai eus avec les Valentinois sont très intéressants, très riches. Je suis surprise par leur description du plaisir qu’ils ont à marcher et à faire du vélo. » Patricia Médina, sociologue au sein de l'Observatoire régional de santé (ORS), est chargée du volet valentinois de l’étude sur les « mobilités actives » (déplacements à pied et à vélo) menée également à Clermont-Ferrand*,

Première étape de cette étude, des entretiens réalisés avec des groupes de personnes âgées, d’actifs, d’étudiants, de parents de jeunes enfants, de malades chroniques… pour les interroger sur leurs déplacements à pied ou à vélo : trajets liés aux loisirs, à leur métier ou à d'autres activités quotidiennes (faire ses courses, emmener ses enfants à l'école…). L'objectif est de connaître les éléments qui favorisent ou découragent les mobilités actives : circulation, éclairage public, présence d'espaces verts, aménagements cyclables…

Dans un second temps, des observations sur le terrain, à pied et à vélo, sont effectuées (photos et films à l’appui) pour mieux repérer les freins et les leviers.

L’ORS rendra ses conclusions en septembre sous la forme de recommandations pour augmenter la part des déplacements effectués à pied et à vélo grâce à l’amélioration des parcours piétonniers et cyclables.

 *Etude menée en partenariat avec l'Observatoire national de la sédentarité et de l'activité physique (Onaps) et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

 

 La parole à… Jean-Luc Chaumont,

conseiller municipal délégué à l’Agenda 21, 1er vice-président de VRD (Valence-Romans Déplacements)

La Ville et Valence-Romans Déplacements se sont engagés dans une politique innovante pour offrir des solutions alternatives à la voiture individuelle : des vélos en libre-service, des vélos -y compris électriques- à la location, des vélos-box pour les héberger, de nouveaux itinéraires de pistes cyclables balisés et sécurisés ; un réseau de transports en commun, le 5e de la Région, aux nombreux atouts : tarifs peu élevés, bon maillage du territoire… ; un nouveau service d’auto-partage. La  combinaison de ces offres permet aux Valentinois  d'aller vers une nouvelle mobilité, plus économe, bénéfique pour leur santé et l'environnement.