Eléments budgétaires 2021

Le budget primitif a été voté le 29 mars 2021.

 



Une dépense publique maîtrisée, des priorités d’investissement sur les aménagements urbains et le cadre de vie

Après le rapport d’orientations budgétaires présenté en séance du conseil municipal du 1er février dernier, le budget primitif est la seconde étape qui concrétise les orientations de la municipalité pour l’exercice 2021. La préparation de ce budget s’est faite dans un contexte exceptionnel de charges et de recettes impactées par la crise sanitaire, à la fois en fonctionnement et en investissement au vu des décalages de réalisation d’opérations.

A ce jour, l’effet de la crise sanitaire est estimé à 3,5 M€ sur les trois ans à venir.

Les objectifs budgétaires du nouveau mandat sont dans la continuité de ceux du précédent mandat. Il s’agit de maintenir une politique ambitieuse d’investissement (33 M€ dédiés) financée par une gestion budgétaire responsable et raisonnable de l’argent public (73 M€ dédiés au fonctionnement), qui passe par la recherche constante de gisements d’économie, l’optimisation des financements extérieurs, la stabilisation de la masse salariale et la rationalisation des dépenses courantes.

Par ailleurs, la Ville de Valence a signé le « contrat de Cahors » avec l’Etat, limitant l’augmentation de ses dépenses réelles de fonctionnement à +1,2% par an, entre 2018 et 2020.
En mars 2020, les contrats ont été suspendus. Cependant, la Ville tient ses engagements indépendamment de la situation sanitaire et va poursuivre ces efforts, qui ont été remarqués à l’échelle nationale puisque Valence est la 13e ville la moins dépensière de France d’après le récent classement de « Contribuables associés ».

En ce qui concerne les investissements, le volume des dépenses d’équipement prévu en 2021 est de 28,184 M€. 
Les plus gros postes de dépenses concernent les aménagements urbains et le cadre de vie, viennent ensuite les sports et la jeunesse, l’enseignement et la culture.

 Les principales opérations concernées sont les suivantes, en adéquation avec les priorités du Plan de mandat :

  • Le Plan Arbres (10 000 plantations d’ici 2026) et la lutte contre les îlots de chaleur urbains ;
  • Les travaux dans les écoles (par exemple, le remplacement des menuiseries des écoles Freinet et Langevin, les travaux de réfection du gymnase du Centre Culturel Fontlozier) ;
  • La poursuite des travaux de rénovation des voiries avec la requalification de la rue Edouard Branly, la création de carrefours à feux avenue de Provence/sortie Épervière, le réaménagement du carrefour Provence/Comète, la réfection de la rue Vilar et de la rue Albert de Mun ;
  • Sur les équipements sportifs, la réfection de l’éclairage du stade Pompidou, les travaux de la Cité de l’Escalade ;
  • En matière de sécurité, l’extension des dispositifs de vidéo-protection (30 nouvelles caméras d’ici 2026).

 Quant à la dette, l’encours détenu par la Ville au 31 décembre 2020 équivaut à 940 € par habitant, ce qui est très raisonnable. Pour rappel, cet encours était de 1027 € par an en 2019 (mais déjà inférieur à la moyenne de 1368 € pour les villes de même strate).

De plus, la Ville s’est enfin débarrassée de ses emprunts toxiques, et l’ensemble de l’encours de la dette est maintenant sécurisé.

Les projets portés dans le mandat 2020-2026

  • Emploi, commerce et tourisme: réhabilitation du plateau piétonnier, aide financière à la rénovation des façades des particuliers et des commerces du centre-ville…
  • Sécurité et tranquillité publique: poursuite du déploiement des caméras de vidéoprotection avec 30 nouvelles d’ici à 2026, matériels et mobiliers de sécurité…
  • Mobilité, stationnement, voirie et propreté: réaménagement des voiries avec l’intégration des modes piétons et cycles dans la réhabilitation des axes stratégiques, requalification des entrées de ville, extension des pistes cyclables…
  • Nature en ville et cadre de vie : plantation de 10 000 arbres d’ici 2026, lutte contre les îlots de chaleur, protection renforcée et valorisation écologique des espaces naturels sensibles et remarquables de la Ville
  • Urbanisme et grands projets : requalification global et qualitatif de la basse-ville, finalisation du secteur de Latour-Maubourg, renouveau du secteur Verdun/Dunkerque/Sadi Carnot, révision du Plan local d’urbanisme
  • Logement et habitat : lutte contre l’habitat insalubre
  • Santé et solidarité : aides au secteur privé et installation de cabinets médicaux
  • Education, famille, enfance, jeunesse et étudiants : restructuration de l’îlot Ferry, travaux dans les écoles dont végétalisation des cours d’écoles, acquisition de matériels et mobiliers pour les écoles, travaux dans les MPT…
  • Culture, sport et événements: création d’une Cité de l’escalade, travaux dans les équipements sportifs, culturels et sur le patrimoine historique, acquisition de matériels et mobiliers pour le sport et la culture, finalisation du gymnase Denis Maurin
  • Programme courant d’investissement : travaux sur les bâtiments administratifs et au cimetière, renouvellement des véhicules de services et paiement de l’attribution de compensation d’investissement à l’Agglo.

Les dépenses d’investissement 

  • L’économie et le tourisme avec 4,8 M€ dédiés à la réhabilitation du centre-ville et des rues piétonnes,
  • La sécurité et la tranquillité publiques avec la poursuite du déploiement de la vidéo-protection représentant 1 M€ (184 caméras actuellement),
  • La voirie, la mobilité et la propreté avec 25 M€ destinés à créer des pistes et des voies cyclables, réhabiliter des axes stratégiques, étendre les zones 30, améliorer les entrées de ville, aménager la voirie…
  • La nature en ville et le cadre de vie avec près de 15 M€ dédiés à la plantation d’arbres (près de 10 000 d’ici 2026 dans le cadre du plan arbres), à la lutte contre les îlots de chaleur, à la valorisation des canaux, à la rénovation des parcs et l’aménagement de nouvelles aires, au développement de l’implication et de l’écologie citoyennes et à la reconstruction des serres de productions florales.
  • Les grands projets urbains avec le réaménagement de la basse-ville (3,7 M€ au total) et la poursuite des opérations en cours (La Bayot, place d’Armes à Latour-Maubourg, rénovation des cœurs de quartiers et des places, études dans le cadre du Plan local d’urbanisme).
  • L’éducation, la jeunesse et la famille avec 14,4 M€ dédiés aux travaux dans les écoles (rénovation et réhabilitation des bâtiments, végétalisation des cours de récréation), 3,6 M€ pour les bâtiments socioculturels (création d’un pôle associatif, rénovations et réhabilitations de MPT…) et 4,6 M€ pour la restructuration de l’îlot Ferry (rénovation square et voirie, MPT et médiathèque).
  • La culture, le sport et l’événementiel avec près de 12 M€ dédiés à la rénovation d’équipements sportifs, à la création d’une Cité régionale de l’escalade, au développement du sport de plein air (skate-park, aires de jeux…), à la réhabilitation de la Bourse du travail, à la rénovation de la Maison de la vie associative et à l’aménagement du Théâtre de la Ville, en plus de la finalisation des travaux du gymnase Denis Maurin.

Au final, ces orientations budgétaires mettent en perspective la volonté affirmée de la municipalité de tenir ses engagements en actionnant tous les leviers des politiques publiques qui relèvent de sa compétence, c’est-à-dire en agissant à la fois sur la vie quotidienne des Valentinois mais aussi en préparant l’avenir sur le moyen et le plus long terme, à travers toute une série de projets structurants.

Pas d’augmentation des taux communaux d’imposition

Dans la poursuite des engagements de campagne pris par la municipalité, la part communale des taux d’imposition locaux n’augmentera pas en 2021.

Ainsi, les taux d’imposition des trois taxes directes locales sont fixés comme suit :

  • Taxe d’habitation : 17,20 %,
  • Taxe foncière sur les propriétés bâties : 40,68 % (maintien du taux d’imposition communale de 2020 de 25,17 % cumulé, en application de la réforme fiscale, à l’intégration automatique du taux départemental de 15,51%, portant ainsi un nouveau taux de référence 2021 à 40,68 %, sans modification de la situation fiscale des contribuables),
  • Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 48,23 %.

Les objectifs de développement durable de l’ONU intégrés aux politiques publiques de Valence, s'appuyant sur le doughnut model

Consciente du climat d’incertitude que fait peser la crise sur ses finances et ses marges de manœuvre, la municipalité valentinoise fait le choix d’introduire dans son budget des objectifs de développement durable tels que ceux adoptés par l’ONU, afin de mesurer l’impact social et environnemental de ses projets et actions.

Cette démarche innovante, visant à conforter le développement et l’attractivité du territoire par une économie plus verte et une consommation plus responsable, a été votée en séance du conseil municipal le 1er février 2021.

En bref, l’objectif pour la Ville est de situer son action dans un « espace sûr et juste pour l’humanité » pour respecter à la fois les besoins humains fondamentaux pour un niveau de vie décent, symbolisés par le cercle intérieur (« plancher social ») et définis par les Nations Unies (alimentation, logement, santé, emploi, sécurité…) et ceux de la planète, matérialisés par un cercle extérieur représentant le « plafond environnemental »..

La lutte contre le gaspillage alimentaire, le développement de l’emploi, la promotion d’une alimentation saine et locale, la baisse des émissions carbone, l’amélioration du traitement des déchets et leur recyclage, la préservation de la ressource en eau, la renaturation de la ville,  l’usage dans le bâtiment et les travaux publics de matériaux recyclés ou biosourcés, la réduction de l’empreinte chimique des activités (perturbateurs endocriniens) et la mise en place de projets contribuant à une économie circulaire sont autant d’exemples de la Doughnut economics à l’échelle du territoire valentinois.

Cette démarche conforte les nombreuses actions menées par Valence et Valence Romans Agglo afin d’agir au service de la transition écologique : Agenda 21, Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET), labels Territoires à énergie positive (TEPOS), Territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV), Cit’ergie pour la transition énergétique et la qualité sanitaire de l’air, Territoires d’innovation de grande ambition (TIGA), la stratégie alimentaire 2050 et plus récemment le programme économie circulaire de la Région et de l’Ademe.