Latour-Maubourg : une nouvelle dynamique

L’ancienne caserne a été réhabilitée pour accueillir la médiathèque et les archives intercommunales. La place d’Armes a été réaménagée et l’ex-prison, détruite, laisse place à un chantier de construction de logements. 

La médiathèque centrale et les archives

Après 2 ans de travaux, le nouveau bâtiment a ouvert ses portes le 26 janvier 2021.
Le bâtiment central, accueille désormais, sur plus de 6 000 m² et cinq niveaux, la médiathèque François-Mitterrand, les archives communales et intercommunales ainsi que le Point Info Jeunes.

Près de 300 000 personnes devraient être accueillies chaque année dans ce tout nouveau bâtiment qui prône l’esprit « tiers lieu » et mise sur une offre de services « accessible à tous » : lecteurs invétérés, amateurs
de magazines, fans de jeux vidéo, mélomanes, férus d’histoire, éveil des bambins. Il offre également bon nombre d’espaces dédié aux associations qui apprécieront d’y échanger en toute convivialité à travers des
expositions, conférences, ateliers… 

Une performance architecturale

Le célèbre architecte Rudy Ricciotti a su donner un coup d’éclat à l’ancienne caserne tout en respectant son caractère patrimonial. L’architecte à qui l’on doit le Mucem de Marseille, le Pavillon Noir d’Aix-enProvence, le département des arts de l’Islam du Louvre… a fait le choix d’un agrandissement par le verre, jouant de sa transparence, pour mieux préserver l’authenticité de la caserne. Seules quelques fenêtres ont été transformées en portes, sans nier ce style propre aux constructions militaires du 19e.
Sous l’extension de verre, 1 150 m2 de réserves ont été aménagés en sous-sol sur deux niveaux. Ce chantier hors norme a nécessité un cuvelage de haute technicité afin d’étanchéifier le bâtiment en cas
de remontée de la nappe phréatique. Sa transformation aura exigé une stabilisation et le renforcement de la dalle intérieure, avec l’installation de 300 micropieux en béton. De même, les livres étant plus
lourds que les hommes, la portance des planchers a été renforcée. Des chambrées d’autrefois il ne reste rien. L’espace décloisonné offre aujourd’hui au regard des plateaux de 1 425 m2

Des espaces pour tous les usages

Les espaces ont été pensés pour faire cohabiter tous les usages. Ainsi, les visiteurs de tous âges peuvent à la fois profiter d’endroits pour jouer, rêver, se distraire, bavarder ou travailler assidument.

Au rez-de-chaussée : place aux savoirs partagés et à la convivialité. Dans l’extension de 1 100 m2, on trouve l’accueil du public, les retours de documents, une salle d’exposition, un auditorium de 150
places, un patio, un espace de consultation presse, une salle d’études pour les archives, un espace café, le « cube » ou encore « la cabane », dédiée au partage des savoirs. Le Point Info Jeunes se voit
doté d’une place de choix immédiatement afin de faciliter son accès à tous les jeunes de 11 à 30 ans en quête de bons conseils.

Au premier, espace jeunesse et de loisirs, bienvenue au royaume des BD, manga, science-fiction, comics... C’est ici que les plus jeunes découvriront la « Ruche » et « l’Ile », dédiée au conte. Un
volcan et un arbre dans lequel les enfants peuvent grimper feront le bonheur des tout-petits. Toujours à cet étage, le visiteur pourra profiter d’un espace dédié à la musique ainsi que deux cabines de visionnage très seventies pour DVD et jeux vidéo.

Au 2e étage, place aux livres, poésie, théâtre, romans. C’est ici que se trouve la cabine « écouter-voir » destinée aux personnes souffrant d’un handicap visuel. Sa technologie permet de rendre audible
n’importe quel texte. Un fonds « Facile A Lire et à Comprendre » se trouve juste à proximité. De nombreuses tables ont été installées sur la façade nord afin de travailler en regardant dehors, côté
esplanade. Un peu plus loin, des salles fermées permettent un travail commun sans gêne pour les autres usagers.

Le 3e niveau est réservé aux équipes de la médiathèque qui travaillent sur place. La médiathèque affiche son rôle de tête de réseau des 14 médiathèques de l’Agglo. Un réseau stimulé grâce à la mise en place d’une navette qui permettra à l’ensemble des documents de circuler tous les jours ou presque, soit près de 574 000 documents empruntables sur tout le réseau.

Les niveaux R-1 et R-2 sont quant à eux dédiés aux Archives communales et intercommunales, qui représentent près de 3 kilomètres linéaires de documents : plans, cartes, photos, manuscrits,
incunables, presse ancienne… Tous ces documents sont consultables gratuitement dans une salle lumineuse et tout confort.

Près de 70 entreprises se sont mobilisées pour assurer ce chantier et tenir les délais dans les meilleures conditions malgré la crise sanitaire. Un chantier d’un montant de 21,8 millions €, porté par Valence
Romans Agglo, avec le soutien de l’Etat, de la Région Auvergne Rhône-Alpes et du Conseil départemental de la Drôme.

La place d’Armes, un projet d’aménagement global urbain

La médiathèque cohabite avec l’Université Stendhal, la bibliothèque universitaire, l’école d’infirmières, le multiplexe Le Pathé, France Bleu Drôme-Ardèche…
La place a donc été aménagée pour en faire lieu de vie. L’esplanade végétalisée est agrémentée d’un mobilier urbain propice aux échanges, à la détente et à la lecture. Une œuvre d’art de l’artiste Georges Meurdra a été installée sur le parvis.
En détail : mail paysager de 1 200 m² reliant l’université à la médiathèque, parvis de 1 400 m² pouvant accueillir des manifestations, parking paysager de 200 places adaptable aux manifestations (3 000 pers.)...

Le chemin de Ronde entièrement aménagé 

Les travaux sur le chemin de Ronde on permis de rénover les chaussées et les trottoirs et d'enfouir les réseaux, de remplacement des mâts d’éclairage, de créer des zones de stationnement, d'intégrer des plantations.

L’ex-prison (7 000 m²)

Acquise par la Ville en décembre 2017, elle a été détruite, à l’exception de la porte et du soubassement en pierre de l’avenue de Chabeuil.

Objectifs : « aérer » le quartier et construire des logements (une résidence étudiante de 80 chambres, une résidence seniors, 27 logements privés). Des éléments patrimoniaux seront conservés (bien que rien ne soit classé sur ce site), la densité sera limitée (160 logements sur 7 000 m²) et le parking attenant sera préservé. Enfin, un cheminement piétonnier viendra poursuivre celui qui traverse déjà le site de Latour-Maubourg.
Livraison des logements : début 2022.

Le chantier de Latour-Maubourg en vidéo

Retrouvez le time-lapse du chantier.