Ancien Palais consulaire

Au début des années 1920, une délibération du Conseil municipal prévoit de moderniser la ville ancienne et d’aligner les immeubles de la rue du Palais pour créer un espace régulier. Le président de la Chambre de commerce saisit cette opportunité pour faire acheter le terrain par la Chambre afin d’y construire un nouvel hôtel consulaire. En effet, depuis 1879, la Chambre de commerce est locataire de la maison Clerc, frappée d’alignement par les mesures d’embellissement en face du palais de justice.

Les chambres consulaires désignent les chambres de commerce et d’industrie dont le rôle est de représenter les intérêts des entreprises commerciales, industrielles auprès des pouvoirs publics et de leur apporter appui et assistance. Le bâtiment qui abrite une chambre consulaire s’appelle un palais ou encore un hôtel consulaire.

Le Palais consulaire de Valence est inauguré en 1927, construit d’après les plans de l’architecte Louis Bozon. Il conjugue classicisme et modernité en inscrivant, sur une trame classique, un décor moderne de bandeaux d’entablement et de moulures galbées, de garde-corps et de balcons en ferronnerie de style Art déco. On retrouve en façade un soubassement à bossage, des larges percements en plein cintre, des colonnes cannelées dans les angles coupés du bâtiment. Modillons et denticules sont des éléments décoratifs empruntés au langage classique. Ces éléments viennent animer la rigueur du bâtiment en créant des courbes et en rompant les angles vifs de la façade. Les aménagements intérieurs forment un ensemble décoratif homogène et cohérent, dû à une étroite collaboration entre architecte et artisans : vitraux des salons d’honneur, ferronnerie de l’escalier monumental, luminaires, vasques, peinture murale. L’étage est distribué à partir d’un vaste hall par un escalier à double volée qui dessert les salles de réception et les bureaux.

L’art déco tire son nom de l'Exposition internationale des Arts Décoratifs et industriels modernes à Paris en 1925. Il consiste en un retour à la rigueur classique : symétrie, ordres classiques, souvent très stylisés, pierre de taille. Les décors tendent vers la géométrisation, la régularité et la simplification des lignes.

Cet édifice est labellisé « Architecture contemporaine remarquable ».


Le palais consulaire en construction, 1924. Mémoire de la Drôme.
 
La façade de l'ancien Palais consulaire