Maison des têtes

Antoine de Dorne, professeur de droit à l’université et consul de la ville, est le premier propriétaire connu de cette demeure urbaine qu’il aurait fait construire vers 1530, au retour d’un voyage en Italie.

La façade sur rue présente des décors caractéristiques du gothique flamboyant : réseau complexe de moulures, fenêtres à meneaux et croisillons, bestiaire fantastique…

Ces derniers côtoient des décors Renaissance, dont les nombreuses têtes en médaillon.

La demeure est achetée en 1794 par la veuve du libraire Pierre Aurel, dont le fils, proche du jeune Bonaparte en garnison à Valence, sera recruté en qualité d’imprimeur en chef de l’armée d’Egypte.

Depuis les années 1960, des restaurations ont permis à cette demeure urbaine de retrouver son faste d’antan. Propriété de la Ville de Valence, elle abrite aujourd’hui un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (Pays d’art et d’histoire, Valence Romans Agglo).


Le Général de Gaulle devant la Maison des Têtes, 1963. André Deval. Mémoire de la Drôme.
  
La façade de la Maison des têtes