Seul ce qui brûle

Théâtre

à 20:00

La Comédie de Valence

La démesure du sentiment amoureux mène-t-elle irrémédiablement à la destruction? Adaptation du roman de Christiane Singer inspiré de l’"Heptaméron" de Marguerite de Navarre, "Seul ce qui brûle" met en scène la passion dans un conte médiéval aux accents mystiques.

Albe et Sigismund s’aiment d’un amour pur et sans limites, avant que la folie ne dévore tout sur son passage: en proie à une jalousie maladive, le jeune seigneur s’enferme peu à peu dans une haine mortifère, allant jusqu’à séquestrer sa bien-aimée dans sa chambre. Ce pourrait être la fin tragique de l’histoire, mais c’est là qu’elle commence. Seul·e·s dans leurs ténèbres respectives, les deux amant·e·s entament leurs métamorphoses en prenant successivement la parole: alors qu’il renaît peu à peu à la lumière, elle accède à l’élévation spirituelle. Dans une scénographie dont les jeux troubles de proportions font écho à la démesure des personnages, Julie Delille met en scène ce "Tristan et Yseult" en négatif, subtilement dessiné par un clair-obscur digne des plus belles toiles du Caravage.