À l’occasion du mois national de prévention et de dépistage du cancer colorectal, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC AuRA) lance le 1er Challenge Mars Bleu AuRA :  un évènement connecté, gratuit, ludique, ouvert à tous !

Comment ça marche ?

Il suffit de s’inscrire jusqu’au 14 mars sur marsbleuaura.fr et de télécharger une application.   

Pourquoi faire ?

L’objectif est de bouger tous ensemble !

Un peu ou beaucoup d’exercice physique en s’amusant, seul et en équipe pendant 21 jours d’animation et réaliser ensemble le plus grand nombre de pas. Marcher, courir, danser, sauter à la corde, chaque pas compte !  

Ce challenge permet de :  

  • Vivre une aventure individuelle et collective connectée  
  • Faire de l’activité physique à son rythme, comme on veut et comme on peut 
  • Encourager ses coéquipiers et challenger ses adversaires  
  • Agir concrètement contre le cancer colorectal  
  • Découvrir l’intérêt et la simplicité du test de dépistage

Le dépistage

Détecté tôt, un cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10.

Le test de dépistage est recommandé, tous les 2 ans, aux femmes et aux hommes de 50 à 74 ans. Il permet de détecter des cancers, le plus souvent à un stade précoce.

Pourquoi ce dépistage est important ?

Le cancer colorectal, aussi appelé cancer de l’intestin, est la 2e cause de décès par cancer en France. Il se développe lentement à l’intérieur du côlon ou du rectum, le plus souvent à partir de petites lésions dénommées polypes. Ce cancer est l’un des plus fréquents et touche 4 hommes sur 100 et 3 femmes sur 100, le plus souvent après l’âge de 50 ans.

Le test de dépistage, proposé aux personnes de 50 à 74 ans, réduit la mortalité de ce cancer. Il permet de le détecter à un stade très précoce et d’augmenter les chances de guérison. Il permet également de repérer un polype avant qu’il n’évolue en cancer. En cas d’antécédents personnels ou familiaux de polype, de cancer ou de maladie du côlon, votre médecin pourra vous proposer d’autres modalités de dépistage.

En pratique, comment ça se passe ?

En grossissant, certains polypes saignent. Le dépistage consiste à repérer dans les selles des traces de sang qui ne sont pas visibles à l’œil nu.

Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous êtes invité par courrier, tous les 2 ans, à retirer ce test chez votre médecin. Celui-ci peut aussi vous le remettre directement à l’occasion d’une consultation.

Votre médecin détermine, en fonction de votre histoire personnelle et familiale, si ce test est approprié. Si c’est le cas, il vous explique comment l’utiliser et vous le remet. Il vous informe de son intérêt et de ses limites, et des examens à réaliser en cas de test positif.

Le test, simple et rapide, est à faire chez vous. Il permet de prélever de manière très hygiénique un échantillon de vos selles grâce à une tige à replacer dans un tube hermétique.

Vous devez ensuite l’envoyer (gratuitement avec l’enveloppe T fournie) pour qu’il soit analysé.
enfin, les résultats vous sont adressés ainsi qu’à votre médecin traitant.

Le test et son analyse sont pris en charge à 100 %, sans avance de frais de votre part.

Pour en savoir plus

Plus d'infos

Maison Relais Santé - Pôle Santé de la Ville 
maison.relais.sante @ mairie-valence.fr - 04 75 79 22 11

Prolifération des pigeons

La Ville prend des mesures pour limiter la prolifération des pigeons mais la participation de tous est indispensable :

  • Pour déloger les pigeons des endroits où ils nichent
  • Pour obstruer les orifices (fermeture des greniers, des ouvertures de toit et autres niches possibles)
  • Pour disposer des pics anti-pigeons, fils tendus… sur les bâtiments

Amoureux des oiseaux, ne nourrissez pas les pigeons

Ils sont autonomes et trouvent assez de nourriture dans leur environnement. De plus, une alimentation inadaptée (pain et restes de repas) est nuisible à leur santé. Enfin, le nourrissage entraîne une augmentation de leur nombre, créé un déséquilibre entre les espèces (moins de petits oiseaux : moineaux, mésanges…) et augmente la transmission des maladies, entre oiseaux et à l’homme.

En nourrissant les pigeons, vous attirez les rats

Jeter de la nourriture aux pigeons pollue l’environnement, favorise le développement des rats, des blattes et d’autres animaux nuisibles et apporte des nuisances : fientes, bruit, détérioration des bâtiments, propreté…

Pour rappel, nourrir les pigeons est interdit par la loi (article 120 du Règlement Sanitaire Départemental).

Plus d’informations.

Contact
Direction Santé Publique 
dsp @ mairie-valence.fr - 04 75 79 22 11

Actualités de la Maison Relais Santé

Maladies chroniques : vous avez des questions ? Venez rencontrer l’infirmière de la Maison Relais Santé sur rendez-vous.

04 75 79 22 11 /maisonrelaissante @ mairie-valence.fr

Vaccination Covid

La vaccination Covid est actuellement particulièrement destinée aux personnes présentant certaines maladies chroniques ou personnes âgées. Les actualités évoluant rapidement, nous vous invitons à consulter le site national : sante.fr

La vaccination est désormais ouverte à l’ensemble des personnes appartenant aux catégories suivantes :

  • Les personnes ayant une pathologie qui les expose à un très haut risque face au Covid-19 disposant d’une ordonnance médicale pour se faire vacciner prioritairement :
    • Personnes atteintes de cancer et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie
    • Personnes atteintes de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés
    • Personnes transplantées d’organes solides
    • Personnes transplantées par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques
    • Personnes atteintes de poly-pathologies chroniques, avec au moins deux insuffisances d’organes
    • Personnes atteintes de certaines maladies rares (voir liste sur le site du ministère de la santé)
    • Personnes atteintes de trisomie 21.
  • Les personnes âgées de plus de 75 ans
  • Les résidents volontaires en Ehpad et USLD (vaccinés directement dans les établissements)
  • Les personnes âgées séjournant dans les établissements de santé et en services de soins de suite et de réadaptation
  • Les personnes âgées hébergées en résidences autonomie, résidences services et autres lieux de vie spécialisés, ainsi que dans les foyers de travailleurs migrants
  • Les personnes en situation de handicap, vulnérables, hébergées en maisons d’accueil spécialisées et foyers d’accueils médicalisés
  • Les professionnels de santé (et autres professionnels des établissements de santé et des établissements médico-sociaux intervenant auprès de personnes vulnérables), les aides à domicile intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables et les sapeurs-pompiers, lorsqu’ils ont plus de 50 ans ou présentent une ou plusieurs des comorbidités suivantes : obésité (IMC>30), BPCO et insuffisance respiratoire, hypertension artérielle compliquée, insuffisance cardiaque, diabète (types 1 et 2), insuffisance rénale chronique, cancers et maladies hématologiques malignes actifs et de moins de 3 ans, transplantés (organe solide ou cellules souches hématopoïétiques), trisomie 21.

Si vous êtes concerné, vous pouvez vous faire vacciner dès à présent dans un des centres de vaccination ouverts, en prenant rendez-vous. Toutes les infos sur sante.fr

Centres de vaccination à Valence et ses alentours : 

Vous pouvez également contacter votre médecin traitant.

Les métiers de la Direction Santé Publique : infirmière coordinatrice de la Maison Relais Santé

Florence Ghougassian est infirmière coordinatrice de la Maison Relais Santé de la Ville de Valence, au sein de la Direction Santé publique, basée au Pôle Santé de la Ville (4, rue du Clos Gaillard).

  • Qu’est-ce que la Maison Relais Santé ?

    C’est un équipement municipal situé au sein du Pôle santé de la Ville, aux côtés des services municipaux de santé publique.

    La Maison Relais Santé (MRS) est un lieu d’accueil, d’écoute, d’information et d’accompagnement pour les personnes atteintes de maladies chroniques ou leur entourage. Elle est animée par une infirmière coordinatrice en lien avec les associations d’usagers, les réseaux de santé et les autres acteurs de santé et s’intègre à l’équipe de la direction Santé Publique de la Ville de Valence.

    L’objectif de ce service est d’aider les personnes à bien vivre avec leur maladie et à acquérir ou maintenir les compétences dont elles ont besoin pour gérer au mieux leur quotidien avec une maladie chronique et ainsi améliorer leur qualité de vie.

    Une maladie chronique est une affection de longue durée, qui évolue plus ou moins lentement, avec un retentissement sur la vie quotidienne : diabète, insuffisance rénale, maladie d’Alzheimer, troubles bipolaires, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaque, autisme, troubles obsessionnels compulsifs, obésité, cancers, addictions, maladie de Parkinson, accident vasculaire cérébral, anorexie, mucoviscidose, schizophrénie, aphasie

    La MRS met à disposition des associations de malades chroniques et des réseaux de santé des moyens logistiques (bureaux, salles de réunions...) mais aussi humains en proposant un accompagnement infirmier pour l’organisation de permanences, des groupes d’échanges, d’activités, de conférences, d’ateliers cuisine, de journées de dépistage, mais aussi pour soutenir les bénévoles dans leur accompagnement. La MRS soutient les démarches de partenariat, en particulier pour favoriser l’accès aux actions de promotion de la santé aux plus précaires et aux personnes en souffrance psychique. La collaboration entre l’infirmière coordinatrice de la MRS, la médiatrice santé et la coordinatrice du Conseil local de santé mentale, est une vraie plus-value pour ce public souvent éloigné des journées de dépistages notamment, ainsi que pour la prise en charge individuelle des usagers.

  • Quelles sont les missions de l’infirmière de la Maison Relais Santé ?

    L’infirmière accueille, écoute, conseille et oriente les Valentinois au sujet des maladies chroniques en leur apportant du soutien, en créant une relation d’aide et en apportant une écoute active afin de répondre au mieux aux demandes variées qui lui sont adressées.

    Elle a également un rôle d’orientation vers les associations, les réseaux de santé, les structures et/ou professionnels en parallèle de son rôle de prévention et sensibilisation. En fonction des situations, elle peut être amenée à orienter les personnes vers du dépistage ou à en faire la promotion, à prendre contact avec les acteurs accompagnant cet usager pour une prise en charge globale des difficultés.

    Elle accompagne les associations de la MRS, plus particulièrement celles gérées par des bénévoles, et peut apporter ses connaissances sur des sujets plus techniques (différentes pathologies, examens biologiques, examens médicaux, normes, traitements…), un appui pour la mise en place d’actions (groupe de paroles, conférence, journées évènement…). Elle assure aussi une écoute active, un appui pour des situations complexes. 

  • Quelles sont les qualités et compétences de l’infirmière de la MRS ?

    Il faut faire preuve d’empathie pour instaurer une relation de confiance dans laquelle le patient se sent respecté, concerné et en sécurité. C’est la base d’une bonne communication avec le patient et cela permet une bonne qualité de l'interaction professionnelle.

    L’infirmier doit agir dans le cadre légal et éthique de la confidentialité, du secret professionnel et du respect de la vie privée.

    Il doit savoir collaborer avec d’autres professionnels pour améliorer l’accès aux soins, la prise en charge, et faire preuve d’autonomie et d’initiative au sein d’une équipe inter et multidisciplinaire.

    Enfin, il doit favoriser l’émergence des compétences des individus pour les rendre acteurs de leur santé.

  • Comment et pourquoi êtes-vous devenue infirmière coordinatrice de la MRS ?

    D’abord infirmière en service de psychiatrie adulte, puis en pédopsychiatrie et enfin infirmière insertion,  j’ai appris à  accompagner les personnes en situation de crise psychologique, souffrant de problèmes de santé mentale ou de symptômes psychiatriques.

    Intervenant auprès du public en précarité, la prise en charge des besoins de santé nécessitait de développer une vision encore plus globale des problématiques et une mise en œuvre des actions plus élargies (santé physique, mentale, sociale…).

    Au fur et à mesure des relations avec les usagers, il est apparu nécessaire de réfléchir à une intervention le plus précoce possible pour ne pas intervenir tout le temps dans l’urgence pour des situations complexes, aux causes multifactorielles. Les actions de promotion de la santé sont une réponse à ce besoin d’intervention en amont des soins curatifs. Diverses formations et participations à des actions d’information sur la santé m’ont initiée à cette dimension préventive.

    Le poste d’infirmière coordinatrice à la MRS demande de développer le partenariat, de construire et mettre en œuvre des actions de promotion de la santé en collaboration avec divers partenaires, tout en conservant un rôle infirmier proche du public, à l’écoute de chacun au plus près de son quotidien. L’objectif est de permettre à chacun d’acquérir les connaissances, des compétences et bénéficier des informations pour faire les bons choix en matière de santé et des services de soins dont ils ont besoin. Il est important pour chacun d’avoir la possibilité de faire ses choix.